vendredi 26 juin 2015

On the road again : le Promeneur du 68 dans le grand Ouest américain.



Silence radio sur ce blog pendant un bon mois : nous partons dans l'Ouest américain.

Arizona

De l' Arizona au Montana en passant par l' Utah, l' Idaho, le Wyoming.



Grand Canyon National Park

Visite à nouveau des fabuleux Parcs Nationaux du Grand Ouest : Grand Canyon, Zion, Bryce, Arches, Tetons, Yellowstone... dont il est impossible de se lasser!

Bryce Canyon National Park
Grand Tetons National Park

...et puis randonnée d'une semaine dans le Glacier National Park, sur la frontière canadienne avec séjour dans la communauté amérindienne Blackfeet!

Blackfeet Tipi Campground


Glacier National Park

Et retour via Phoenix, Arizona.

Phoenix, Arizona
Portez vous bien : Take care!


lundi 22 juin 2015

Photographie : Patrick Faigenbaum, Kolkata/Calcutta


Nous avons visité une exposition, à la Fondation Henri Cartier-Bresson, à Paris, il y a une quinzaine de jours : "Patrick Faigenbaum : Kolkata/Calcutta", magnifique!

Allez-y, c'est jusqu'au 26 juillet 2015.

Patrick Faigenbaum
Patrick Faigenbaum (né à Paris en 1954, où il vit et travaille) est un artiste majeur de la scène photographique contemporaine.
Il est professeur à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Son travail se situe hors du champ de l'immédiateté contemporaine.
Voir son site ici.


Portrait de ma mère

Homme à Barcelone

Boston 1974


Il est influencé par Richard Avedon, Paul Strand, Walker Evans, Bill Brandt,...
"Malgré la différence d'époques, la diversité de leurs travaux, ce qui les relie est que chacun d'eux est allé aussi loin que possible dans son oeuvre. Il y a quelque chose de terminé, une forme d'accomplissement."

Angela 1995

Famille Gaetani, Naples 1991

Il s'est fait connaitre au début des années 80 avec une série de portraits en Noir et Blanc des grandes familles aristocrates italiennes.

Faigenbaum campe ses personnages, leur donne une place et une stature.

Il travaille en alternance le N&B et la couleur.

La couleur, lorsqu'il a commencé à s'intéresser à l'actualité urbaine.

Mais le N&B, l'intérêt pour le jeu des gris et des valeurs persiste, le domaine de la source du clair-obscur, qui permet la modulation de la lumière, le modelé des formes, qui lui permet d'appréhender les corps, l'atmosphère qui les entoure.

Il est Lauréat du Prix 2013 de la Fondation Henri Cartier-Bresson pour son projet "Kokata/Calcutta", qui fait l'objet de l'exposition en cours.

Madame Gosh, octobre 2014

Intéressé par l'Inde depuis de nombreuses années, Patrick Faigenbaum a souhaité poursuivre un travail sur Calcutta, au cours de 6 voyages successifs.

Il y rencontre de nombreux artistes de la scène publique, mais assiste aussi à certains rituels du quotidien bengali.

Il s'agissait pour lui dans ce projet d'éviter l'image de l'Inde Eternelle ou pittoresque, sans pour autant favoriser une image caricaturale de la modernisation.

Entre Salt Lake et Kestopur, Calcutta NE
Juillet 2014
Shreyosi Chattergee, Calcutta 2011

"Calcutta permet d'explorer des couches historiques et de montrer comment elles se combinent dans une image en mosaïque ou un tissage...
... Je compte ainsi produire une image complexe d'une région du sous-continent indien, qui en restitue à la fois la profondeur historique et les caractères les plus vivaces". P. F.

New Market, Mousson, Calcutta centre
juillet 2014

Cette exposition m'a passionné, moi qui me suis rendu plusieurs fois en Inde.

Dans le Shantiniketan Express
mai 2014



samedi 20 juin 2015

Visite au Giardini Botanici Hanbury sur la Riviera italienne


Revenant de notre escapade à Menton via Vintimille et retournant à Tende, nous ne pouvions pas ne pas nous arrêter au Jardin Botanique Hanbury, l'un des grands jardins botaniques de la Riviera italienne.

Ce Jardin occupe l'entier promontoire du Cap Mortola, accessible par le Corso Mentone qui prolonge la RN7 à la frontière franco-italienne en venant de Menton.
Le jardin s'étend, sur 18 ha,  de l'entrée de cette route jusqu'à la mer, environ 100m plus bas.

Halte absolument magnifique ... malgré les difficultés de stationnement.


La protection offerte par les montagnes environnantes et son heureuse position ont permis l'acclimatation de plantes qui proviennent de tous les coins du monde.

Thomas Handbury, après avoir réalisé beaucoup de bénéfices en Chine grâce au commerce des épices, du thé et de la soie, a acheté ce lieu, avec l'ancien Palazzo alors en ruine, construit au XI° siècle, sur les traces d'une ancienne villa romaine.

Thomas Hanbury

Ce Palazzo avait été construit par un cadet de la famille noble milanaise des Lanteri, de retour de la première croisade (XI° siècle) afin d'augmenter la domination de sa famille.

Après d'importants dommages dus à la guerre, le domaine a été acheté par l'Etat italien en 1960 et confié en 1987 à l'Université de Gênes.


On y admire des allées, des terrasses, des sentiers ombragés, des fontaines, d'où, à chaque détour un aperçu sur une mer étincelante nous ravit la vue, et ceci tout au long d'une magnifique descente.

Le Jardin Hanbury accueille une collection de 3500 espèces environ, de tous les coins du monde, parmi lesquelles le visiteur découvre des plantes officinales, aromatiques, à fruits,...

Je citerai, au hasard, des variétés d'Agaves, d'Aloès, de Yuccas, de Cyprès, d'Araucarias, de roses, d'Eucalyptus, d'agrumes, de Brugmansias, etc, etc,...

Brugmansia (Datura)
Le mieux est d'aller se promener sur le site internet du Giardini Botanici Hanbury si vous n'avez pas la possibilité de vous promener dans ce "jardin d'Eden": ici 
Et même après y être venu, ne serait-ce que pour avoir envie d'y retourner!!

Dans ce jardin trône le Palazzo, restructuré complètement à maintes reprises.


On y découvre également, dans un recoin secret le Mausolée mauresque, un petit temple en style oriental, édifié par l'architecte Pio Soli de San Remo en 1886 et qui abrite les cendres de Thomas Hanbury et de sa femme Katherine Pease.


A partir du Mausolée, un chemin de cyprès conduit directement à un pont qui franchit une ancienne voie romaine, la Via Aurelia.

La Via Aurelia








Le tout est un véritable enchantement!




vendredi 19 juin 2015

Escapade à Menton


Quittant pour un moment notre retraite montagnarde à Tende, nous sommes descendus sur la"Côte" pour une courte escapade à Menton, le 11 juin dernier.

Les toits de Menton

Menton évoquera toujours pour moi une autre courte escapade - j'avais alors 5 ans, il y a bien longtemps - que je fis avec mes parents alors en vacances à St Jean Cap Ferrat : Ah, les citrons au goût incomparable de la "Perle de la France", telle que l'appelait le géographe Elysée Reclus!


Menton  - en italien Mentone -est situé à la frontière italienne, tout proche de Vintimille et à 7km de la Principauté de Monaco.

Le climat méditerranéen y est exceptionnel, très doux.
Un microclimat protège la ville des vents froids venus des Alpes.


C'est une magnifique petite station touristique pleine de charme, bien différente de sa grande voisine Nice. 
La vieille ville, ses ruelles "pentues", ses façades colorées, la Basilique St Michel et ses plages, donnent à Menton un charme un peu suranné, très italien.

La Basilique St Michel

La Chapelle St Jacques

Ulysses

La petite Citadelle

...et le farniente

Voir ici les "flâneries" de JCMemo, un amoureux de Menton ... et également ici  et .

Un peu d'histoire!
Elle fut acquise en 1346 par Charles Grimaldi de Monaco et resta sous la suzeraineté des princes monégasques pendant près de cinq siècles, jusqu'en 1848, époque où elle se proclama Ville Libre, avec sa voisine Roquebrune, en se plaçant sous la protection du Roi de Sardaigne.

En effet, le Prince Florestan I° de Monaco s'obstinait à percevoir une taxe sur l'exportation des citrons, m'enfin!

Menton n'a jamais fait partie du Comté de Nice historique, mais fut de fait administrée par la Maison de Savoie.

Lors du plébiscite de 1861, Menton vota massivement pour le rattachement à la France, à la suite de quoi Napoléon III a du payer un dédommagement de 4 millions de Francs au Prince Charles III de Monaco pour le préjudice moral causé à la Principauté...

Les italiens occupent Menton le 24 juin 1940 et italianisent la ville en en changeant tous les panneaux.

De septembre 1943 jusqu'au 6 septembre 1944, les Allemands occupent à leur tour la ville et le 8 septembre, les Canadiens et Américains y font leur entrée...

Une histoire tourmentée pour une petite ville de 30 000 habitants désormais bien paisible...
... paisible ? 
Voire!

Car deux réalisations dynamiques et passionnantes trônent au milieu de Menton, visibles de partout :

Tout d'abord le Campus de Menton de Sciences Po, installé à mi-hauteur depuis 2005 après plusieurs années de travaux, dans un bâtiment du XIX° siècle entièrement rénové.
Voir ici .

Campus de Sciences Po
Puis le Musée Jean Cocteau (Collection Severin Wunderman), que l'on ne peut rater : face au marché couvert, en bord de mer.
Il a ouvert ses portes en novembre 2011.

Wunderman, homme d'affaires et collectionneur américain d'origine belge, né en 1938, a fait une donation de 1800 oeuvres à ce Musée.
Voir ici.

Musée Jean Cocteau


Nous n'avons pas eu le temps de le visiter, mais ce n'est que partie remise!

Voir le compte-rendu de visite de JCMemo ici !

En quittant Menton ce jour là, nous nous sommes arrêtés pour visiter le "Jardin Botanique Hanbury", du côté italien, juste avant Vintimille : une autre merveille.
Mais patience : ce sera pour la note suivante!



dimanche 24 mai 2015

Oenologie : le Valpolicella Ripasso, un vin qui sort de l'ordinaire



De passage en Italie, nous avons eu l'occasion de découvrir, et de déguster un Valpolicella qui sort de l'ordinaire : le Ripasso.

Le Valpolicella classico est un excellent rouge sec de la région de Vénétie.
Le cépage majoritaire est le Corvina veronese; il y a aussi du Rondinella et du Molinara.
C'est un vin léger, similaire au Bardolino.


Nous avions déjà eu l'occasion de faire quelques achats de cet excellent rouge à Soave, près de Vérone, qui, soit dit en passant, produit un blanc délicieux, le Soave Classico ...

Soave


Soave Classico
(publicité non payée!)

...mais également un vin tout à fait exceptionnel : l'Amarone della Valpolicella :



C'est un vin rouge sec vinifié à  partir de raisins séchés, ce qui déjà est peu courant.

Les raisins sont vendangés tardivement, puis on les fait sécher à l'air 3 semaines, tout comme pour le vin de paille.
Le taux d'alcool monte jusqu'à 16° ; c'est un vin de très longue garde (25 ans sans problèmes) et l'un des plus réputés et plus chers d'Italie.

Une bouteille de 4 à 5 ans d'un producteur modeste dépasse les 30€.

Tout cela pour annoncer la suite : le fameux Valpolicella Ripasso :




L'appellation Ripasso (Repasse) désigne une seconde fermentation du Valpolicella sur des lies d' Amarone.
Ce procédé donne bien entendu du caractère et du corps au Ripasso, alors que le Valpolicella est assez léger!

Synonymes : doppia fermentazione, rifermentazione, rigoverno, ...

Les grappes subissent une pré-fermentation à froid pendant 5 jours; après avoir au bout de 20 jours retiré la peau du raisin, le vin est conservé au frais pendant 4 mois, puis, selon la méthode Ripasso, il fermente à nouveau 20 jours sur du moût Amarone.

Le vin est ensuite conservé 18 mois dans des fûts, puis reste un mois en bouteille avant mise en vente.


Découverte intéressante!
Ah, l'Italie...

A consommer avec modération!