lundi 2 mars 2015

Opéra : Bryn Terfel magistral dans "Le Vaisseau Fantôme" de Wagner


Le 24 février, revenus la veille de notre périple en Inde du Sud, nous nous sommes plongés dans la magie sombre du Vaisseau Fantôme de Richard Wagner, opéra en trois actes créé en 1843, retransmis en live du Royal Opera House.


Dans sa mise en scène minimaliste, Tim Albery se concentre sur la psychologie et l'idéalisme du Hollandais errant et maudit, magistralement interprété par le grand baryton-basse Bryn Terfel.

Avec lui, le Hollandais manifeste une force brute, une présence saisissante, à la fois démoniaque et sensible...
Bryn Terfel


Le chef d'orchestre Andris Nelsons, par la puissance de son interprétation nous a transportés au coeur même du souffle et du génie de Wagner.
D'ailleurs cette oeuvre a été inspirée au compositeur par une expérience personnelle de violente tempête en mer Baltique.

Cet opéra est le premier chef d'oeuvre de Wagner.
L'univers fantastique, la musique impétueuse et les thèmes chers à l'auteur, la rédemption, l'amour, l'errance, font de cette oeuvre nourrie par le romantisme allemand, l'une des plus connues et appréciées.

La rédemption du Hollandais maudit par l'amour de Senta
(Adrianne Pieczonka)

Voir ici le trailer du Royal Opera House.

Voir ici une interview (en anglais) de Bryn Terfel sur sa perception de ce rôle.

Une nouvelle soirée lyrique magistrale!
Décidément, nous ne sommes jamais déçus par les productions du Royal Opera House!

dimanche 1 mars 2015

Opéra : Jonas Kaufmann relève le défi dans "Andrea Chénier" de Giordano


Notre voyage en Inde du Sud a été "encadré" par deux magnifiques retransmissions d'opéras en live depuis le Royal Opera House (Covent Garden) à Londres.

Tout d'abord, le veille de notre départ, Andrea Chénier d' Umberto Giordano, le 29 janvier 2015.

Puis, le lendemain de notre retour, Le Vaisseau Fantôme de Richard Wagner, le 24 février 2015.

Bel accompagnement et bel accueil, à notre retour...et des interprètes époustouflants.

Tout d'abord ce bel opéra, Andrea Chénier, qui nous a fait découvrir un auteur que nous ne connaissions pas.
Umberto Giordano est né dans les Pouilles en 1867 et est mort à Milan en 1948.

Umberto Giordano

Il compose en 1894 cet opéra, sans doute son meilleur, sur un livret de Luigi Illica.
La première, donnée à La Scala en 1896 connait un grand succès.

Il est alors reconnu comme l'un des plus grands compositeurs de l'opéra moderne italien.
Son rôle titre est souvent le point de départ de nombreuses carrières de ténors.

Andrea Chénier s'inspire de la vie du poète André Chénier (1762-1794) guillotiné lors de la Révolution française.

André Chénier

Parmi les interprètes de ce fameux rôle, citons Mario del Monaco, Franco Corelli, Placido Domingo, José Carreras, Marcelo Alvarez...

La théâtralité de l'opéra de Giordano se prête particulièrement bien à une retransmission dans une salle de cinéma : de l'opulence des premières scènes dans l'aristocratie pré-Révolutionnaire aux horreurs de la Terreur, le grand spectacle est au rendez-vous.


Ce soir là, nous avons eu le très grand plaisir de voir et d'écouter Jonas Kaufmann dans une interprétation magistrale!
Kaufmann a relevé le défi, dans une production inédite du Royal Opera House, dirigée par le metteur en scène David MacVicar...

L'opéra est célèbre pour ses airs difficiles très prisés par les chanteurs, notamment l'aria L'improvviso ("Colpito qui m'avete...Un di all'azzuro spazio") qui demande une force et un panache particuliers.

Ecouter ici cet air chanté par Jonas Kaufmann.

Jonas Kaufmann
Jonas Kaufmann
et Eva Maria Westbroek

L'orchestre du ROH était dirigé par le passionné et talentueux Antonio Papano, que nous écoutons ici lors de la représentation générale.

Une magistrale soirée lyrique de passion et de mort!


vendredi 27 février 2015

Au Tamil Nadu, le pays des temples


Le Tamil Nadu, en Inde du Sud compte environ 72 millions d'habitants sur 130 000 km2.
Cet Etat a été créé selon des critères linguistique en 1956 : il correspond aux régions de l'Inde où l'on parle Tamoul.
Tamil Nadu signifie d'ailleurs "Pays des Tamouls".
Les Tamouls sont des dravidiens au teint foncé.

Le Tamil Nadu en Inde du Sud

D'abord appelé "Etat de Madras", il a pris son nom actuel en 1960.

Madras, appelé désormais Chennai, en est la capitale et est la 4° ville de l'Inde par sa taille.

Topographie du Tamil Nadu
Nous sommes arrivés à l'aéroport International de Chennai, pour filer ensuite sur Mamallapuram, au sud de Chennai, le temps d'admirer, de loin, le Sea Shore Temple...

Mamallapuram
The Sea Shore Temple
...et de plus près, le Five Rathas Temple :

Five Rathas Temple

Puis nous sommes partis vers Pondicherry/Puducherry, où nous avons séjourné une semaine, dans un cadre humanitaire.

A Pondicherry

Non loin se trouve la fameuse "cité idéale" d' Auroville, fondée par Sri Aurobindo et "Mère".

Le cas de Pondicherry est particulier en ce sens où Pondicherry est la capitale du "Territoire de Pondicherry", enclavé dans l'Etat du Tamil Nadu.

Ce comptoir français fut rétrocédé à l'Inde en 1954, et il y vit encore une minorité francophone.
On y trouve, dans la "ville blanche", les rues Suffren, Dumas, Romain Rolland, La Bourdonnais,...

Réputé pour ses temples dravidiens extraordinaires, le Tamil Nadu est un état profondément hindouiste.

C'est ici que les temples sont les plus nombreux, les plus grands, tel que celui de Srirangam à côté de Trichy/Tiruchirappalli...



Srirangam



 ...les plus petits...








...et  les plus kitsch:




On y vénère les dieux principaux : Brahma, Vishnu et Shiva, : voir ici

Ils représentent les "attributs" de Dieu: création, développement et destruction.

La Trinité Brahma, Shiva, Vishnu

Et il y a aussi tous leurs avatars...ce qui fait du monde : on parle de 33 millions de dieux...

Celui qui a ma faveur, et qui est d'ailleurs le plus vénéré en Inde est Ganesha, ou Ganapati, le dieu à tête d'éléphant, le fils de Shiva et de Parvati.

Ganesha
C'est le dieu de la sagesse, de l'intelligence, de l'éducation et de la prudence : en somme, le plus utile pour la vie de tous les jours!

Il a toujours le petit air comique d'un dieu qui ne se prend pas au sérieux...



Ce dieu massif, puissant et réfléchi est accompagné d'un petit rat mobile et malicieux: les deux se complètent et ont ainsi les atouts nécessaires pour résoudre les problèmes du monde!

mercredi 25 février 2015

De retour d'Inde du Sud, le pays des sourires


Un mois après ma dernière note, nous voila de retour d'Inde du Sud encore en phase d'acclimatation thermique (La bas, 35° de chaleur tropicale et de grand soleil, et ici, en France...).

L'Inde du Sud nous a séduits, étonnés, bousculés...

Toute première impression, parmi un flot de sensations, de paradoxes, d'images, d'odeurs, qui nous submergent encore : les sourires des jeunes et des moins jeunes...

Notre périple nous a mené au Tamil Nadu :

Le Tamil Nadu

et au Kerala :
Le Kerala
Allez, une petite galerie pour ensoleiller notre journée:











 A suivre !

lundi 26 janvier 2015

Le Promeneur du 68 part se promener ... en Inde du Sud...



...donc silence radio sur ce blog : nous partons durant 3 semaines dans le sud de l'Inde.



En fait, notre périple (hors tour operator) nous mènera au Tamil Nadu et au Kerala...

Tamil Nadu et Kerala
... de Pondicherry la française sur la côte de Coromandel ...

Pondicherry
A Pondicherry, en 2002
...à Kochi (Cochin) la portugaise sur la côte de Malabar.

Kochi - Cochin
Mystères religieux, temples du Tamil Nadu,

A Mamallapuram, Tamil Nadu en 2002

et charme et sourires du Kerala sont au programme.

Danse du Kathakali au Kerala

Bains de nature ...

Backwaters au Kerala
...et bains de foule nous attendent!

à Chennai
A Pondicherry

Portez vous bien!

lundi 19 janvier 2015

Opéra au Met : une éblouissante "Veuve Joyeuse"



Samedi 17 Janvier, nous avons passé une excellente soirée avec "La Veuve Joyeuse" de Franz Lehar (1870-1948). Voir ici et .

Franz Lehar
Cet Opéra Comique était retransmis depuis le Met de New York en live au Kinépolis de Mulhouse.


Une soirée magique, avec en première ligne une éblouissante Renée Fleming dans le rôle titre!

Renée Fleming en Hanna Glawari

Joyau de l'opérette viennoise, La Veuve Joyeuse rappelle les heures glorieuses de Maxim's et des vaudevilles de Feydeau avec en arrière fond une Principauté ruinée des Balkans, une riche veuve et une histoire d'amour oubliée...et redécouverte.

Nathan Gunn en Danilo


Cette production était absolument spectaculaire et originale dans la plus pure traduction des comédies musicales de Broadway avec Susan Stroman à la mise en scène et Kelli O'Hara dans le rôle de Valencienne.

Kelli O'Hara dans le rôle de Valencienne (à gauche)
Très belles chorégraphies endiablées de French Cancan dans le cadre de chez Maxim's !


Voir ici les "Grisettes" dans l'Acte III...

Oeuvre d'une légèreté grisante, La Veuve Joyeuse fait le portrait d'une Europe insouciante, où les questions politiques sont subsidiaires aux affaires de coeur.



Aujourd'hui encore, le charme de Lehar opère toujours, surtout avec des interprètes aussi talentueux que Renée Fleming, Kelli O'Hara et Nathan Gunn et une mise en scène aussi prodigieuse telle que celle proposée par Susan Stroman!

Voir et écouter ici la finale de l'Acte II.

Ici, l'avis un peu moins enthousiaste de JCMEMO!