jeudi 21 mai 2015

A Trèves : Karl Marx dans tous ses états



Lors de notre récente randonnée le long de la Moselle, en Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pfalz), nous sommes passés par Trèves (Trier).

Trèves fut fondée par les Romains en 17 avant J. C. , sur le site du chef-lieu d'un peuple gaulois, les Trévires.
C'est aussi la ville la plus vieille d'Allemagne : le pont en pierre qui franchit la Moselle, édifié en 45 après J. C. est le plus ancien pont d'Allemagne encore debout.

Grande métropole marchande à partir du II° siècle, Trèves est qualifiée de Roma Secunda (Seconde Rome).
Son remarquable ensemble de ruines romaines lui valut d'être classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO en 1992.

La Porta Nigra
Entre autres lieux d'intérêt, se trouve la maison natale de Karl Marxqui y naquit en 1818.

Maintenant un musée, elle a été oubliée jusqu'en 1918.

Maison natale de Karl Marx

Puis le Parti Social Démocrate d'Allemagne s'est attaché à la rouvrir en 1928.

Après la prise du pouvoir par les nazis en 1933, l'immeuble est confisqué et transformé en imprimerie.

En 1947, un Musée y est ouvert, consacré à la vie et à l'oeuvre de Karl Marx.
Voir ici .
On y trouve également présentée l'histoire de ses influences, de la fin du XIX° siècle à maintenant...vaste programme!

Nous pouvons y trouver non seulement des représentations "classiques" de Marx ...







... mais aussi des visions plus contemporaines :







Karl Marx, version "nain de jardin"...

... et bien entendu tous les produits dérivés à la boutique du Musée : mugs, tee-shirts et tous objets de notre société de consommation :

Sans oublier le vin rouge!


Il est vrai que le père de Karl Marx était l'heureux propriétaire d'un vignoble dans les environs de Trèves.
Ce vignoble existe toujours et produit le pinot noir (Spätburgunder) ci-dessus.

Marx est amateur de bon vin depuis son plus jeune âge.
En 1835, à 17 ans, il entre à l'Université de Bonn et devient membre d'un club de soiffards (La Taverne de Trèves), dont il deviendra plus tard le Président.

Voici ce qu'il écrit :

" Etant originaire d’une région viticole et ex-propriétaire d’un vignoble, j’apprécie bien la valeur du vin. Je pourrais même suivre la pensée du vieux Luther qu’à qui n’aime pas le vin, rien ne réussit."

A noter qu'à Trèves, Karl Marx voyage aussi en bus :



mercredi 20 mai 2015

Photographie : Patrick Swirc : "Voyages Photographiques"


Lors d'un récent déplacement à Nice, j'ai pu admirer une belle exposition des oeuvres du photographe Patrick Swirc, au Théâtre de la Photographie et de l'Image Charles Nègre. Voir ici .

Patrick Swirc
et son inséparable Paulette

Cette exposition, qui se termine dans quelques jours, le 24 mai, nous permet de parcourir différents aspects du travail de cet artiste hors pair : portraits de célébrités (travail pour lequel il est le plus connu), la mode, les carnets de voyage, ainsi que des thèmes qui lui sont très personnels : "La mère des morts" et "Les Esprits".

Patrick Swirc , 53 ans, s'est formé à l'école de photographie de Vevey, en Suisse. Voir ici .

Ce créateur prolifique et réputé, grand voyageur devant l'éternel, sait rendre vrais les people et les puissants, ceux qui, souvent, font illusion.

Il sait faire tomber les masques, sans volonté de nuire, sans jugement.
On ne sait pas s'il les aime, mais en tout cas il prend plaisir à les immortaliser...

Chaque portrait devient une icône.

Robert Redford
Clint Eastwood
Patrick Swirc dévoile le coté secret des célébrités...

Martin Scorsese

Pedro Almodovar

Benoit Poelvoorde

Ken Loach

Roman Polanski

Christopher Walken
Juliette Binoche

Patrick Swirc est intimement relié à ce qui ne se voit pas et réalise pour la paix de son âme et de son esprit des images vraiment noires et étranges, montrées pour la première fois à Nice.

C'est comme si il avait voulu traquer et matérialiser, avant de les chasser,  des esprits qui le "polluaient".

Tout d'abord une collection de femmes hybrides aux corps nus,  étranges, évoquant Eros et Thanatos, ou Les Fleurs du Mal, livrées aux crânes et aux griffes, parées d'objets déroutants et troubles provenant de son propre cabinet de curiosités : voir ici .

La mère des morts
Patrick Swirc cherche à s'exprimer sur tous les champs photographiques, sans la moindre restriction, en témoigne également un travail intitulé "Les Esprits", réalisé en 2013, confirmant son intérêt pour l'irrationnel, l'inexplicable, le mystère et le mystérieux, peut-être pour lui une façon personnelle d'exorciser la mort... en tout cas, il y a là un rapport avec les vanités...

Les Esprits
La Mariée
Ses clichés m'ont touché, de différentes manières, lors de cette visite au Théâtre de la Photographie et de l'Image, à Nice, en tout cas ne m'ont pas laissé indifférent : une oeuvre personnelle étonnante!

Courrez-y vite si vous êtes du côté de Nice !



vendredi 24 avril 2015

Le plasticien Wim Delvoye à la Biennale de Cochin, Kerala


Mi février, nous avons passé une semaine passionnante à Cochin (Kochi), au Kerala, en Inde du Sud.

Filets chinois à Cochin

Nous avons, entre autres activités, visité les différents sites de la Biennale de Cochin.
Voir ici.

Nous y avons découvert  une oeuvre étonnante de l'artiste plasticien belge Wim Delvoye.

Wim Delvoye

Cet artiste est né à Wervik, en Flandre-Occidentale en 1965 ; il vit et travaille désormais à Gand.
Il fait partie d'une génération d'artistes flamands qui ont révolutionné l'art contemporain, et il peut être qualifié, d'une certaine façon, d'"agent provocateur"...

La sculpture métallique de Wim Delvoye présentée à la Biennale de Cochin s'intitulait "Nautilus" (2010) , un mélange fantastique entre un mollusque, un nautile, donc,  et l'architecture gothique. 

Nautile

On y observe reproduite la spirale logarithmique de ces coquillages, qui étaient considérées au Moyen Age comme des merveilles exceptionnelles de la Nature et étaient exposés dans les cabinets de curiosités de la Renaissance, précurseurs de nos musées modernes.

Delvoye a collectionné dessins et documents relatifs à l'architecture gothique pendant plus de dix ans et a commencé à détourner ces motifs réservés aux monuments religieux et aux cathédrales.

Le coquillage du Nautile est recréé en tant que cathédrale gothique.

Les structures métalliques utilisées sont découpées au laser en utilisant les techniques informatiques sophistiquées actuelles.

Le résultat est saisissant : nous avons là une confrontation unique de styles, d'époques et de sensibilités.

"Nautilus"
Détail de l'architecture gothique intérieure
du Nautilus

L'artiste a également utilisé ces structures gothiques dans ses sculptures de camions-poubelles et de toupies à béton...qui me touchent moins :









Il s'est fait connaitre pour son installation Cloaca (présentée pour la première fois en 2000 au Musée Mukha d'Anvers), machine, qui, avec l'apparent sérieux d'un laboratoire scientifique, reproduit le processus de la digestion : on entre des aliments, et en bout de chaine sortent des excréments...

Cloaca N°5

Les mélanges constants et les audaces osés par Delvoye l'inscrivent dans la tradition d'un Brueghel qui lui aussi confrontait le trivial (excréments, alimentation, sexualité) avec le religieux et le politique.

Cochon tatoué...


Pieter Brueghel, 1592

Percutant, choquant, dérangeant? En tout cas un travail intéressant de la part d'un artiste plasticien particulièrement inventif.



samedi 18 avril 2015

A Colmar : Yom, clarinettiste klezmer


Toujours dans le cadre du "Festival Musique et Culture" de Colmar, nous avons écouté lundi 13 avril un duo improbable, entre un clarinettiste klezmer de génie, Yom (Guillaume Humery) et un joueur de guimbarde chinoise, Wang Li.

Yom

Yom obtient en 1997 le premier Prix de clarinette au Conservatoire de Paris. 
Il s'adonne alors à sa passion, la musique klezmer : pour Yom, cette musique des peines et des joies ashkénazes est un lien entre la judéïté maternelle et l'héritage instrumental de son grand-père clarinettiste. 
Voir ici pour la musique klezmer.

J'aime particulièrement la clarinette, et la musique klezmer, et le jeu et les interprétations de Yom sont à proprement parler époustouflants!

Wang Li

Wang Li, originaire de Tsingtao en Chine, a fait de la guimbarde son instrument de prédilection.
Sa musique ouvre sur un monde intérieur qui évoque les tempêtes de l'âme et les remous de la vie...

Avec lui tout n'est que souffle, vibrations et résonances : étonnant et magique!

Yom et Wang Li ont signé en 2012 un album : "Green Apocalypse", véritable ovni musical et aboutissement de leurs inquiétudes face aux ravages que l'homme fait subir à la nature.

La guimbarde semble fusionner avec la clarinette en une alchimie aussi étrange qu'envoûtante pour donner naissance à un langage éthéré, tout en émotions et vibrations : le temps est comme suspendu...avant que d'éclater et de se faire souffle furieux...

Ecoutez ici Yom et Wang Li à Briançon en 2012 et à Nijmegen dans Apocalypse.

Etonnant, passionnant, comme pour moi le sont les musiques métissées, surtout lorsque les interprètes sont aussi extraordinaires, expressifs et inventifs que, ce soir là, Yom et Wang Li, qui nous ont offert un accord, une symbiose qui, à priori étaient assez improbables...et pourtant!

Nous avons passé une excellente soirée, riche en émotions...


jeudi 16 avril 2015

Randonnée : dans le Massif du Taennchel avec le Club Vosgien



Mercredi 15 avril, nous avons fait une magnifique randonnée plus que printanière - estivale - dans le Massif du Taennchel, au dessus de Thannenkirch (le village de naissance de mon grand-père). Il culmine à 988 m. Voir ici .

Thannenkirch

Le Taennchel est une montagne fantastique, peuplée de fées, de géants, de légendes, et remplie de mystères cosmotelluriques : voir ici.

En plus c'est un lieu magnifique, que nous prenons un très grand plaisir à parcourir par tous les temps.

Les rochers aux formes étranges y sont nombreux et il leur a été donné des noms évocateurs : Rocher des Géants, Rocher des Reptiles, le Rocher Pointu, ou Sanglier Assis, le Rocher des Titans, la Pierre des Cordonniers, le Rocher des Fées, les Trois Petites Tables, le Rocher des Anneaux, etc,...sans parler du "Mur Païen", qui est l'un des éléments le plus sujet au questionnement de ce massif montagneux fascinant.

Voir ici.

Devant le "Mur païen"
au Taennchel

Nous sommes partis du Monastère de Dusenbach (chemin sur la route de Ribeauvillé à Sainte-Marie aux Mines), en suivant le chemin de croix déjà fort raide. Voir ici.

Monastère de Dusenbach
Sur la façade du Monastère se trouve une intéressante inscription :


Il y est dit : " Ce sanctuaire a été construit en 1204, détruit en 1794. Il a ressurgit des ruines en 1894. 
N D de Dusenbach, bénis nous"

Poursuivant notre ascension, et après un passage au carrefour Hasenclever (705 m) nous sommes arrivés au Rocher de la Paix d'Udine (902 m) puis au Rocher des Géants (949 m), après un fort dénivelé, par une température approchant les 25°...

Carrefour Hasenclever

Sur le bloc rocheux dit "de la Paix d'Udine", des révolutionnaires ont gravé, le 22 Brumaire de l'An VI (12/11/1797) une inscription en souvenir du Traité de Campo-Formio signé dans le Canton d'Udine entre la France et l'Autriche à la suite des campagnes victorieuses de Napoléon.

Rocher de la Paix d'Udine

Vue sur le château  du Haut Ribeaupierre, la Plaine d'Alsace
et la Forêt-Noire depuis le Taennchel

Le Rocher des Géants

Puis, passage par le Château St Ulric (523 m), au dessus de Ribeauvillé, avant de redescendre sur ND de Dusenbach.

Chateau St Ulric
La famille des Ribeaupierre a édifié le château roman vers 1140.
Le Château sera embelli jusque vers la fin du XVII° siècle par la famille des Rappolstein.

Chateau Grand Rappolstein
St Ulric

Il tombera ensuite progressivement en ruine.
Il est actuellement en cours de restauration.

Une très belle randonnée estivale de 16,5 km, 750 m de dénivelé, pour 6h de marche soutenue, dans des paysages magnifiques.

Merci encore une fois au Club Vosgien de Colmar !