mercredi 16 novembre 2011

La photographe Diane Arbus, à Paris : une violente objectivité


L'exposition consacrée à la photographe américaine Diane Arbus, qui se tient en ce moment au Musée du Jeu de Paume à Paris (jusqu'au 5 février 2012) m'a profondément remué.


Les images de Diane Arbus (plus de 200 clichés exposés) sont singulièrement puissantes.

Elles se veulent objectives.Je les ai trouvées cruelles, violentes.
Elles se veulent sans affect, sans jugement.


De cette volonté même jaillit leur force incroyable.


Elles se situent dans la lignée de l'oeuvre "documentaire" de Walker Evans (voir ici).

Selon les propres mots de l'artiste :
" Une photographie est un secret sur un secret. Plus elle vous en dit, moins vous en savez. "

Diane Arbus (New-York 1923-1971) est une figure majeure de l'art du XX° siècle.
Elle concentre son travail sur New-York et ses alentours, et tout particulièrement sur des individus "hors normes", à la marge, sur le fil du rasoir : travestis, personnes de petite ou de très grande taille, handicapés, jumeaux,...

En dressant un portrait à la fois familier, troublant et cru - voire glauque - de l'Amérique des années soixante, Diane Arbus réussit à traduire son mal de vivre qui l'amènera à mettre fin à ses jours en 1971



Sa réflexion sur l'identité et les apparences, au travers de ses clichés stupéfiants de travestis, d'handicapés déguisés ou d'américains "moyens" nus dans des camps de nudistes ne peut laisser le spectateur indifférent.



D'autant plus que nombre de sujets photographiés nous regardent en face, nous interpellent...

J'avoue avoir été profondément troublé et déstabilisé par cette exposition exceptionnelle...

Pour en voir plus :
http://www.youtube.com/watch?v=OF3JgdaASa8

3 commentaires:

JCMEMO a dit…

Je trouve ces photos trés impressionnantes...
Un re gret toutefois je n'ai pas réussi à les 'agrandir".
Trés cordialement.
JCMEMO

le promeneur du 68 a dit…

En effet, losrque les photos sont au milieu du texte et non pas sur les côtés on ne peut les agrandir...va savoir pourquoi!
Certaines photos de l'exposition sont insoutenables alors qu'en apparence, elles pourraient passer pour anecdotiques...Mais chaque spectateur réagit forcément très personnellement.

Bien cordialement

JCMEMO a dit…

En ce qui concerne les photos :
Avec le nouvelle interface, il n'y a pas de problème : on choisit l'emplacement (G,D,C) et la taille sur le brouillon du cliché (donc après l'avoir transmis...
Avec l'ancienne interface il faut éviter l'option "Centrale" et choisir G,D, ou la 1ère option (j'ai oublié son nom : indéterminée ?) et tu as la possibilité de centrer ta photo manuellement(elle peut alors s'agrandir)...
Je ne suis pas certain d'avoir été trés clair mais tu comprendras en faisant un essai.
Amicalement.