lundi 29 novembre 2010

Walker Evans, l'ordinaire et le quotidien

Walker Evans est un photographe américain né en 1903 à St-Louis, Missouri et mort en 1975 à New Haven, Connecticut.

J'ai pu avoir un éclairage saisissant sur son oeuvre lors de la très belle exposition "Anonymes, L'Amérique sans nom" à la nouvelle salle "Le BAL" à Paris XVIII°, expo dont j'ai déja parlé ici même il y a peu de temps.

Les approches formelles de Walker Evans continuent à avoir une influence profonde sur notre perception de l'art et de l'anonymat aux Etats Unis.

Walker Evans, vers la fin des années vingt s'affranchit de l'imitation de la peinture ancienne pour se tourner vers l'expérimentation photographique autour de l'ordinaire et du quotidien : il s'est consacré à l'observation des américains anonymes dans leur cadre de vie.

Il a tout d'abord publié des ensembles de photos dans de modestes journaux, puis dans le magazine Fortune.

Il doit aussi sa notoriété à ses reportages sur la situation désespérée des paysans du Sud des USA, au moment de la Grande Dépression, qu'il effectua sur commande de la "Resettlement Administration" du gouvernement.

Son célèbre ouvrage "American Photographs", publié à New York en 1938 est sans doute la tentative la plus sophistiquée pour exprimer les rapports entre vie moderne, anonymat et photographie.


Evans est célèbre pour la puissance de ses images isolées et par les rapports suggérés entre elles, en particulier pour ses portraits pris dans le métro de New York.

Il continua jusques vers 1965 à photographier des "anonymes" au travail, à Detroit, à Chicago.

Son travail absolument remarquable intitulé "People and Places in trouble" (Fortune 1961) établit un rapport frappant entre l'immobilité muette de la photographie et les effets destructeurs du chômage sur l'esprit et le corps.

Des citoyens "laissés pour compte" s'y expriment avec dans les yeux une intensité qui ne peut nous laisser indifférents.



On perçoit dans ces regards saisis par Evans toutes les nuances de la colère, de l'humiliation et de la peur : l'absolu désespoir personnel!

Voir Mon site Photos.

4 commentaires:

JCMEMO a dit…

Merci pour cet excellent article. J'apprécie. JCMEMO

André a dit…

L'un des livres les plus poignants que j'ai lu : Louons maintenant les grands hommes, de James Agee et Walker Evans.

le promeneur du 68 a dit…

Merci JCMEMO et André de vos visites! Le regard acéré et juste de photographes tels que Walker Evans nous en dit plus sur la situation des "laissés pour compte" de la société que bien des discours. Aux USA la vie était loin d'être rose au moment de la Grande Recession. Et maintenant aussi. J'y étais en mai et j'y retourne dans quelques mois. La situation des blancs et noirs pauvres y est terrible ; plus de 70 millions de gens vivent en dessous du seuil de pauvreté actuellement aux USA. Les efforts d'Obama sont louables, mais pourra-t-il désormais continuer en ce sens ??
Bien cordialement!

Anonyme a dit…

Grande Dépression (Great Depression)pas Recession