dimanche 27 avril 2014

Opéra : au MET, un "Cosi fan tutte" brillant, léger et fougueux



Les femmes sont-elles infidèles par nature ?
Pour Mozart et son librettiste Da Ponte, cela ne fait aucun doute!

Voir ici pour l'argument de cet opéra.

C'est sur cette thématique légère mais plus profonde qu'il n'y paraît, que l'opéra Cosi fan tutte   - un drama giocoso, drame joyeux -  s'est déroulé pour notre plus grand plaisir, samedi soir 26 avril 2014, sur la scène du Met à New York, retransmis au Kinepolis de Mulhouse.

Déguisements, farces et légèreté se succèdent dans une production élégante et dynamique de Lesley Koenig.

Un formidable trio de jeunes femmes nous a procuré un très grand plaisir lyrique !
En effet, ce Cosi fan tutte fut tout à la fois grave, léger, fougueux, et brillant!

Susanna Phillips (Fiordiligi), Isabel Leonard (Dorabella) et la fougueuse et pétulante Daniele de Niese (Despina) jouent les jeux de l'amour de façon magistrale avec leurs amants Rodion Pogossov (Guglielmo, fiancé de Fiordiligi), Matthew Polenzani (Ferrando, fiancé de Dorabella).

Susanna Phillips
Isabel Leonard

Danielle de Niese

Un formidable trio!

Maurizio Muraro (Don Alfonso, le vieil homme à l'origine de l'épreuve imposée aux fiancés) domine les jeux de l'amour, tire les ficelles de cet épreuve tragi-comique...ainsi que sa morale :

"Già che giovani, vecchie, e belle e brutte,

Ripetete con me: « Così fan tutte ! »

"Qu'elles soient jeunes ou vieilles, belles ou laides,
Répétez avec moi : elles font toutes ainsi."

Tragi-comique car dans cet opéra le comique cache une vérité plus profonde, voire assez cynique et désabusée sur la nature humaine...bien que non explicitée, laissant ainsi sa liberté de jugement au spectateur.

Nous avons retrouvé le maestro James Levine en pleine forme, après une absence de deux ans pour raisons de santé.
Là aussi, que dire, sinon : magistral de bout en bout!

James Levine

De loin le meilleur Cosi fan tutte qu'il m'ait été donné de voir et d'entendre!

Voir ici, lors d'une répétition de l'Acte I en sept 2013.

1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Ton enthousiame fait plaisir !
Tant pis pour moi de ne point l'avoir partagé...
Je fais référence à ton article.
Amiticalement