mardi 18 juin 2013

A Rome : rencontre avec le poète John Keats


Au cimetière des étrangers non catholiques, à Rome, où nous nous sommes lentement promenés, se trouvent également les tombes de Shelley et de John Keats.

John Keats

John Keats, né près de Londres le 31 octobre 1795  est en effet mort à Rome, de tuberculose, le 24 février 1821, à 25 ans.

C'est l'un des poètes romantiques anglais les plus importants de sa génération.

Pour lui, "Beauty is truth, truth beauty - that is all Ye know on earth and all Ye need to know"
( Beauté est vérité et vérité beauté - voila tout ce que l'on sait sur terre et tout ce qu'il faut savoir)

Son frère meurt de tuberculose en 1818 et c'est au même moment que Keats ressent les premiers signes de la maladie qui allait l'emporter.
Sur les conseils de ses médecins, il quitte l'Angleterre pour l'Italie, accompagné de son ami Joseph Severn.
Il rend son dernier soupir à Rome.

Sur la façade du Musée Keats-Shelley
à Rome, maison où Keats est mort
le 24.2.1821

Sur sa stèle, on grave cette épitaphe qu'il avait composée lui même :

"Here lies one whose name was writ in water"
(Ici repose celui dont le nom était écrit dans l'eau)...

Tombe de John Keats

A côté de la tombe de Keats se trouve celle de Severn, mort bien des années plus tard et celle d'un enfant de Severn mort accidentellement.

Tombes de Keats, Severn et du fils de Severn


C'est un lieu de paix ; un banc, sous une ombre reposante nous a permis de méditer sur cette courte destinée...

John Keats est un chantre de la nature sauvage, symbole de liberté et de pureté, par exemple dans son Ode to Autum.
Il revendique la primauté de la sensation, de la solitude.
Il doit une grande part de son inspiration à Shakespeare.

Autre stèle à la mémoire de Keats

Pour Keats, le premier ennemi de l'homme, c'est le temps. 
Notre Occident prétend le dominer, par une impitoyable dissection du travail, la minutie de la prévoyance des horaires, des agendas....

Le romantisme, à la fin du XVIII° siècle fut certainement une sorte de recul devant la généralisation bourgeoise de l'esprit d'entreprise, du commerce et de la spéculation.

Les poèmes de Keats furent également une réaction anti-utilitaire à la tentative universelle de domestication des jours....

Les pas de Keats sont remarquablement terrestres et lents : ils nous ouvrent à la contemplation et c'est en cela qu'il nous fait tant de bien...

To Autumn :

"Season of mists and mellow fruitfulness
Close bosom-friend of the maturing sun;
Conspiring with him how to load and bless
With fruit the vines that round the thatch-eves run;
To bend with apples the moss'd cottage-trees,
And fill all fruit with ripeness to the core..."

A l'Automne :

"Saison des brumes et de moelleuse abondance,
La plus tendre compagne du soleil qui fait murir,
Toi qui complotes avec lui, bienfaisante, pour dispenser une charge de fruits
Aux treilles qui courent au bord des toits de chaume,
Pour faire ployer sous les pommes les arbres moussus des enclos..."
(Trad. A. Laffay)


John Keats

3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

A ma grande honte je ne connais Keats que de réputation...
Je ne sais s'il existe de bonne traduction en français (la poésie est très difficile à traduire...)?
Le remarquable film de Jane Campion "Bright Star" m'avait pourtant donné très envie de lire ses poèmes.
Bonne soirée à toi.tsn

le promeneur du 68 a dit…

"Poèmes choisis"/Selected Poems de John Keats en bilingue (domaine anglais) chez Aubier donne la possibilité de lire la traduction de Albert Laffay face au texte original.

Jean Claude Mazaud a dit…

Merci pour le renseignement...
Bonne journée.