mercredi 31 juillet 2013

Retour à Udine, la frioulane


De retour de Slovénie, nous sommes passés, via Kobarid, faire une pause à Udine (Udin en frioulan, Weiden en allemand, Videm en slovène), capitale de la région historique et géographique du Frioul, en Italie (Région Frioul-Vénétie Julienne) et ville historique de 100 000 hts.


Pour moi, c'était un retour, car mon passage il y a quelques années m'avait laissé un excellent souvenir ; je revenais alors de Trieste.

Udine, située entre mer et montagne,  connut une histoire mouvementée.

Elle fut fondée vers l'an mille et a connu la domination et l'influence de la République vénitienne de 1420 à 1797.
Elle passa à l'Empire austro-hongrois et fut annexée au Royaume d'Italie en 1866.

Pendant la I° Guerre mondiale, et jusqu'à la défaite de Caporetto (voir ma note précédente), siège du Haut Commandement militaire italien, elle fut nommée "capitale de la guerre".

De septembre 1943 à avril 1945, elle fut administrée par le III° Reich.

Udine souffrit du tremblement de terre du Frioul de 1976 qui a occasionné un millier de morts dans la région (voir ici).

A savoir : à Udine, on parlait encore il y a peu un dialecte de type vénitien influencé par la langue frioulane (voir ici), dialecte qui est en voie de disparition.

Le charme intemporel de cette ville agréable tient surtout à ses bâtiments de la Renaissance, à ses rues étroites bordées d'arcades, à ses places retirées.

Entrée de la vieille ville d'Udine

On y admire la Logia di Lionello, la Loggia di San Giovanni, et l'élégante place de la Liberté, de style vénitien.

Loggia di Lionello


Loggia di San Giovanni

Le château, situé sur une colline qui domine la ville vaut le détour et la visite.

Château d'Udine

L'existence d'un bâtiment sur cette colline remonterait à l'an 983.
La construction du château actuel a commencé en 1517 et a duré 50 ans.

Montée au château d'Udine


Le château abrite le Musée d'Art et d'Histoire de la Ville d'Udine, musée fort intéressant sur l'histoire ancienne et récente de l'Italie et de la région du Frioul.
Les salles consacrées au Risorgimento et à Garibaldi sont passionnantes.

On y trouve des fresques de Tiepolo.


A propos : noter que l'on trouve, lorsque nous randonnons en Alsace au Taennchel, un "Rocher à la Paix d'Udine".
Il s'agit d'un rocher sur lequel des révolutionnaires ont gravé le 22 brumaire An VI (12 novembre 1797) une inscription en souvenir du Traité de Campo-Formio signé dans le canton d'Udine entre la France et l'Autriche à la suite des campagnes victorieuses de Napoléon.

Rocher à la Paix d'Udine
au Taennchel, en Alsace


Noter aussi le livre de Carlo Emilio Gadda (1893-1973 voir ici) : "Le Château d'Udine"(Grasset, Cahiers rouges, publié en 1934 et réédité en 1991).

L'auteur y déploie une sorte de passion vigilante pour les évènements et les hommes de son temps. La Grande Guerre déclenche chez lui de superbes fureurs dans une langue raffinée et baroque.

Sur une tonalité plus badine, une ode actuelle à Udine, en frioulan, italien et anglais : ici.

1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Une région d'Italie que je ne connais malheureusement pas...
Udine semble une ville bien séduisante que tu évoques bien et que l'on a envie de connaître.
Très amicalement.
JC