samedi 27 juillet 2013

Randonnée en Islande, terre de neige, de glace et de feu



L'Islande (voir ici) est située entre l'Ecosse et le Groenland, au NO des Iles Féroé, au sud du Cercle Polaire Arctique, proche géographiquement du continent américain, mais proche culturellement et économiquement de l'Europe.
L'Islande est habitée depuis le IX° siècle et est indépendante depuis 1944.



L'Islande est une terre de neige, de glace et de feu, secouée par les soubresauts volcaniques, et c'est aussi un pays battu par les pluies, les averses, les crachins, les grains plus ou moins intenses ...


En fait le temps change totalement toutes les cinq minutes : du grand beau à la neige, à la pluie, au soleil à nouveau, sans oublier le vent, omniprésent dans ce pays magnifique, inhabituel pour nous, rude et fascinant, où nous venons de passer une semaine...avec une température comprise entre 5° et 12°.

Inutile de dire qu'un équipement adéquat est indispensable.










"Abri" sous une couche de glace
sur les scories au sommet d'un volcan




 Ce fut donc une semaine sportive tant en nombre d'heures passées à crapahuter (jusqu'à 9h par jour), qu'en kilomètres parcourus sur des terrains inégaux (jusqu'à 25km), qu'en dénivelés (jusqu'à 1000m), en montage et démontage de tentes, mais avec l'effort, est venu le réconfort de paysages multicolores, de lacs, de glaciers, de volcans, de déserts à couper le souffle...et de bains dans les sources chaudes!


Féérique, surprenant, inoubliable!




Un trek magnifique et dense dans le sud de l'île, essentiellement en hors pistes,  qui nous a fait traverser la région volcanique de Fjallabak, les environs du Laugavegur, l'incontournable Landmannalaugar, la caldeira de Hrafntinnusker,  les bords du glacier Myrdalsjökull , et un détour exceptionnel pour admirer les nouveaux cratères et coulées de lave nés des soubresauts du volcan Eyjafjallajökull ( E15, pour les intimes) de mars 2010.

Nous avons pu ainsi découvrir toute la palette des paysages exceptionnels du rift volcanique.

Tout dans ce trek fut exceptionnel...et intense, sans oublier la traversée de nombreux torrents glacés à gué, provenant du réchauffement des glaciers par l'activité volcanique sous-jacente.



A propos de glaciers, il faut noter que le plus grand glacier d'Islande, le Vatnajökull, s'étend sur 8300km2, soit la superficie de la Corse. 
C'est aussi la plus grande calotte glaciaire d'Europe, sous laquelle couvent des volcans, tels que le Grimsvötn, responsables d'inondations brutales dues à la fonte de la glace.



A noter également que la durée de clarté du jour y est très courte en hiver et que les nuits y sont plus que courtes en été : de fait il faisait jour continuellement lors de notre randonnée, et grand soleil à 3h du matin...

Reykjavik (voir ici), la capitale la plus septentrionale au monde,  qui concentre les 2/3 des 300 000 habitants de l'Islande, a des allures de petite ville à la fois provinciale et branchée.

Le bord de mer à Reykjavik,
la "nuit" tombée

En témoigne la nouvelle salle de concert Harpa, inaugurée en Août 2011 (voir ici), posée sur la mer, à l'entrée du port, et qui est l'oeuvre d' Olafur Eliasson.

Ce vaisseau de 28 000m2 offre une façade de 10 000 vitraux de formes différentes, rendus lumineux le soir tombé.

Harpa, la "nuit" tombée
La chanteuse Björk s'y est déjà produite à neuf reprises.

Une note à propos de la langue, l'islandais :

* Elle a pour origine le norrois (voir ici), qui était parlé au Moyen-Âge dans les pays scandinaves.
L'isolement de l'Islande et sa tradition écrite importante ont permis la conservation de cette langue originale au niveau de l'oral et de l'écrit.

* L'occupation danoise de 1380 à 1918 n'a eu aucune influence sur l'évolution de l'islandais.



* L'islandais comporte deux caractères et deux phonèmes inconnus de la langue française :

Ð, /ð/ (, eth) équivaut au th anglais dans the /ð/ ; sa translittération conventionnelle en français est dh ;
Þ, þ (nommée þorn, thorn) équivaut au th anglais dans thing /θ/ ; sa translittération conventionnelle en français est th.
 
* Pour la petite histoire, le mot islandais le plus long est :

Vaðlaheiðarvegavinnuverkfærageymsluskúraútidyralyklakippuhringur
Il y a pas moins de 64 lettres. La signification de ce mot imprononçable est: “Porte-clés de la chaîne de clé pour la porte extérieure du hangar à outils des agents de la route sur le plateau Vaðlaheiði“. Vous pourriez facilement allonger le mot en étant encore plus précis!


Quant aux trolls et aux elfes, ce 'huldufòlk, ce 'peuple caché', c'est clair que dans un pays à la nature aussi imprévisible, on n'est jamais sûr de rien, sauf qu'ils sont un peu partout, cachés.
D'ailleurs, 55% des islandais confessent que leur existence est probable...(voir ici).

1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Heureux de te retrouver...
Tu nous apportes un peu de fraîcheur avec cette belle et passionnante évocation de l'Islande.
Un pays donc que je regrette singulièrement de ne pas connaître, mais les conditions d'un tel voyage semblent très difficiles !
Photos impressionnantes.
Amicalement.