jeudi 4 décembre 2014

Fantani Touré : une belle voix malienne s'est tue


Je viens d'apprendre le décès à Paris le 3 décembre de la chanteuse malienne Fantani Touré!


Une belle voix qui s'éteint à jamais : un grand talent de griotte qui, bien que d'origine noble, comme Salif Keita, s'était mise au service de la musique Mandingue !

Originaire de Bamako, elle découvre la musique et la danse dans les activités culturelles du quartier populaire de Bozola, et fait ses début dés l'âge de 7 ans.

Fantani Touré est révélée au public en 1995, lors du Marché des Arts du Spectacle Africain, où elle chante en solo, accompagnée par Toumani Diabaté, virtuose de la kora.

Toumani Diabaté

Elle sort son premier album "Tinari" ("Merci" en soninké) chez Wanda Record de Salif Keita.
En 1999 c'est l'album "Bozola"où elle rend hommage à son quartier natal.

En 2003 elle sort l'album "Soukabé Mali" ("Notre Mali")
En 2009, elle signe un album  consacré au célèbre musicien Ali Farka Touré qui fut son mentor.

Ali Farka Touré
1939-2006

En 2010, Fantani Touré a, avec une pléiade d'artistes, chanté l'hymne de la paix, en direct de Tombouctou sur la télévision nationale malienne.

Fantani Touré était aussi une artiste engagée pour le droit des femmes au Mali.

Fantani Touré : "Les artistes sont porteurs de paix dans toute société!"



Elle était aussi célèbre à Bamako que Salif Keita, ce qui n'est pas peu dire...

Beaucoup d'émotion chez les maliens et les amoureux du Mali et de sa musique, après l'annonce du décès de la chanteuse!

Ecoutez ici Fantani Touré, la "Voix de Bamako".


2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

J'ai écouté avec plaisir l'interview de Fantani Touré;
Le Mali doit te manquer ? mais peut-être que tu as des nouvelles de là-bas.
Amitiés.

Jean-Paul Scheidecker a dit…

Oui, le Mali me manque! Les nouvelles récentes que j'ai eu du Mali sont assez mauvaises du point de vue économique, de par l'absence de touristes et en plus ils craignent beaucoup Ebola...mais il semble que pour le moment cela soit "sous contrôle".
Il faut encore du temps, mais je ne désespère pas d'y retourner.
Amitié