lundi 19 octobre 2015

Opéra au Met : Otello et le poison de la haine


Samedi dernier, nous avons assisté, au Kinépolis de Mulhouse, à la retransmission depuis le Met, à New York, de l'Opéra Otello de Verdi sur un livret d'Arrigo Boïto et d'après le chef-d'oeuvre de Shakespeare.

Pour le dire clairement, nous avons été déçus par cette représentation que nous avons trouvée terne, et qui ne nous a pas touchés...

Iago (Zeljko Lucic) et
Otello (Aleksandrs Antonenko)

... mis à part une interprétation formidable du démoniaque Iago par Zeljko Lucic, qui dominait de loin les autres personnages de ce drame un peu simpliste de la haine, du mal, de la jalousie et de la folie meurtrière.

Voir ici le "credo" infernal de Iago (Acte II) : "Je crois en un dieu cruel"!

Iago, en incarnation du mal absolu, insinue lentement le poison de la haine et de la jalousie meurtrière dans le coeur d'un Otello qui ne se contrôle plus.

Iago et Cassio (Dimitri Pittas)

Nous avions déjà apprécié, dans un autre registre, les interprétations de Zeljko Lucic dans Rigoletto (Voir ici) le 2 mars 2013, et dans Macbeth (Voir ici) le 12 octobre 2014.

Dans le rôle d' Otello, Alexandrs Antonenko n'était pas très convaincant, pas plus que Dimitri Pittas, semblant peu assuré, dans celui de Cassio.

Sonia Yoncheva fut meilleure dans l'acte IV que dans les actes précédents : Desdémone, épouse humiliée publiquement par Otello, naïve, et facilement manipulée, est assaillie de craintes et de questions.

Sonya Yoncheva

Epouse répudiée, elle ignore tout de la machination de Iago.

L'humiliation publique de Desdémone dans l'Acte III


Les décors de Es Devlin, sortes de panneaux lumineux glissant en permanence sur la scène étaient pourtant particulièrement originaux, et bienvenus, sans parler de l'orchestre dirigé magnifiquement par Yannick Nézet-Ségin.

Voir et écoutez ici Sonya Yoncheva dans l'Acte IV (La chanson du saule) et (L'Ave Maria final).


Voir ici un point de vue tout différent de JCMEMO !

2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Nos avis sont divergents : j'ai beaucoup aimé..il est vrai qu'Otello est peut-être l'opéra de Verdi que je préfère !
"Article" en cours...
Bonne soirée
Amitiés.

Jean Claude Mazaud a dit…

Probablement l'opéra que je préfère avec quelques autres, incontournales pour moi, tels Eugène Onéguine, Cosi fan tutte, etc...
Peut-être mon jugement est-il faussé ?? Tants pis !!
Amitiés