dimanche 15 janvier 2017

Flamenco à Mulhouse : Eduardo Guerrero : un talent d'exception!


Hier soir, toujours dans le cadre du Festival Vagamondes, à La Filature  (Scène Nationale) à Mulhouse, le spectacle de Flamenco était extraordinaire!


El callejòn de los pecados est la deuxième création du bailaor singulier (bailaor : danseur) Eduardo Guerrero, remarquée à la dernière Biennale d'art flamenco à Séville.


Natif de Cadix, ayant entrepris son parcours de danse dès l'âge de six ans, Eduardo Guerrero a peu à peu côtoyé  les figures majeures de la danse, du chant et de la guitare flamencos.


Initié par Carmen Guerrero, il se produit avec Maria-José Franco à l'âge de 20 ans à Flamenco en France, à Paris. Voir ici.


Très vite, il est appelé par Eva La Yerbabuena ou encore Rocio Molina pour intégrer leur troupe.

Il a ensuite engrangé les prix signalant son talent d'exception.


D'une plastique impressionnante, son corps décoche des dessins incroyablement anguleux, saccadés,  de ses membres tant supérieurs qu'inférieurs.


Sa Ruelle des péchés suggère une avancée dans la vie qui n'est pas que limpide...



Eduardo Guerrero : l'un des grands espoirs du renouveau d'un genre sans lequel le monde serait tellement plus terne!

Il évolue hors des courants convenus de la danse flamenco masculine d'aujourd'hui et frappe par sa verticalité à l'ancienne.
Il allie classicisme et audace, tout en mettant en valeur un côté baroque absolument étonnant.

Voir ici, Callejòn des los peccados, lors d'un Festival à Séville.


Sa première création, Las Minas, est un spectacle épuré autour des chants des mines et du Levant issus de la région de Carthagène.

Ce spectacle lui permet d'obtenir en 2013 le premier prix de danse Desplante du Festival international Las Minas, le plus ancien et l'un des plus prestigieux festivals de flamenco. (La "danse Desplante" implique un frappé très puissant).Voir ici.

Un talent d'exception qui a non seulement séduit mais enthousiasmé une salle comble, témoin la standing ovation et les rappels!


3 commentaires:

IlonaF a dit…

Il est difficile de croire qu'intellectuels et puritains y voyaient au début une forme de dégradation et d’immoralité, mais ne sont jamais parvenus à endiguer le succès croissant du flamenco
Elvira

Jean Claude Mazaud a dit…

Je suis amateur...J'aurais surement beaucoup aimé ce spectacle.
Amitié
JC

Jean-Paul Scheidecker a dit…

Il y a un lieu à Paris, consacré au Flamenco : Flamenco en France :http://www.flamencoenfrance.fr
33 rue des Vignoles . Paris XX°
Amitié

JPS