vendredi 24 novembre 2017

Beverly Barkat : "Evocative Surfaces" à la Biennale de Venise


Lors de notre récent séjour à Venise, et comme je le mentionnais dans ma dernière note, nous avons visité la Biennale.

En dehors des lieux d'exposition principaux (Giardini et Arsenal), nous avons apprécié notre passage au Museo di Palazzo Grimani.

La façade du Palais à Santa Maria Formosa
sur le rio San Severo
Le Palazzo Grimani est situé Ramo Grimani, dans le quartier du Castello, à deux pas de la Place Santa Maria Formosa. Voir ici.

Entrée du Palais
Tout d'abord, ce Palais nous a permis de découvrir un très bel ensemble de salles (où il n'y a plus de mobilier) encore ornées de décors du XVI°, en particulier de fresques extraordinaires.

Salle de Ganymède

Ce Palais du Doge Antonio Grimani, peu connu, car à l'écart des rues fréquentées, mérite d'être découvert. 
Il était destiné à accueillir les oeuvres d'art de la famille.

Il nous a permis une paisible visite, loin de la foule et des marées humaines...

Voir ici pour une petite visite, qui donne un bel aperçu de la richesse de ce Palais.

Mais revenons à l'exposition "en solo" qui se tenait dans plusieurs salles du second étage du Palais, consacrée au travail mené au cours des dix dernières années par l'artiste Beverly Barkat, née à Johannesburg, dans son atelier de Jérusalem.

Beverly Barkat

Cette exposition était intitulée "Evocative Surfaces".
Voir ici la biographie de l'artiste et son travail richement coloré.

Les larges peintures aux couleurs magnifiques, suspendues aux plafonds, ainsi que les oeuvres grand format en noir en blanc s'intègrent magnifiquement à l'atmosphère et à la décoration des salles.




Nous avons fort apprécié ses oeuvres noir et blanc grand format :








Une belle découverte, loin de la foule, et qui a surpassé pour nous les expositions de la Biennale aux Giardini (excepté l'exposition de Dirk Braeckman au Pavillon de la Belgique : voir ma note ici)


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Magnifique évocation de l'œuvre et de l'artiste qui redonne couleur à la serenissima ...amitiés. Alba

Jean Claude Mazaud a dit…

Un Palais (que je ne connais pas...) et une expo qui méritent le"le détour"
Lors de notre séjour en juillet nous avons peu visité la biennale (chaleur et petits ennuis de santé.)
Quelques expos tout de même dont celle de Damien Hirst (Grassi et Punta della Dogana) qui nous a quelque peu déçu : gigantesque et spectaculaire certes mais peu d'émotion...(je me suis surtout amusé à faire des photos).
Bien amicalement à toi.
JC