vendredi 11 mars 2011

Sur les traces de Tintin, des abattoirs de Chicago à la Ford-T

La chaîne de montage est née à Detroit, aux USA, en 1913 dans les usines automobiles Ford.

Dans ses mémoires, Henri Ford affirme s'être inspiré de la chaîne de dépeçage des abattoirs de Chicago.

Mécanisation, productivité, gestion rigoureuse des flux et du travail des employés ont été les éléments du développement industriel du XX° siècle aux USA.

Mais, à l'origine, le travail à la chaîne a été expérimenté dans les célèbres abattoirs de Chicago.

Je suis passé, en mai 2010 par le Kansas, et en particulier à Dodge City, qui était le plus grand centre de transit de bétail des USA, entre 1875 et 1886 : voir ici.

Le bétail arrivait du Kansas directement aux abattoirs de Chicago par chemin de fer.

La viande 'alimentait' ensuite non seulement Chicago et sa région, mais aussi toute la côte Est.
La demande des consommateurs était considérable.

J'ai eu l'occasion d'obtenir des informations fort intéressantes sur ce sujet, lors de mes visites de Chicago, en juin 2010, guidé par des "docents" particulièrement au fait de l'histoire de leur ville.

A la fin du XIX° siècle, au moment même où se déroulait la fameuse Exposition Universelle de Chicago, avec ses bâtiments blancs extraordinaires qui avaient fait surnommer Chicago "The White City" ( sur l'emplacement actuel de l'Université de Chicago), prenait naissance, dans le sang des abattoirs, une révolution industrielle qui allait marquer le monde entier.

Chicago était à cette époque une ville d'innovations et d'essor économique fantastique.
La population ouvrière y était nombreuse et le mouvement syndical puissant.

Le 1° Mai entrera dans les traditions après qu'un 1° mai 1886 à Chicago des ouvriers aient manifesté sous les balles. Pour casser le mouvement, 3 syndicalistes seront condamnés à la prison à vie et 4 autres pendus sans preuves...Les syndicalistes revendiquaient les 3x8 h!

Paul Bourget
(1852-1935), auteur typique de la III° République raconte dans "Outre-Mer", en 1894, sa visite de ces abattoirs :

" Un des énormes commerces de cette ville est celui de la viande.
Les gens de Chicago en rougissent un peu.
Autrefois ils vous parlaient de leurs abattoirs avec cette bonhommie dans l'orgueil qui est un des charmes du grand parvenu...

...Chicago aspire à ne plus être simplement la fournisseuse de nourriture qui, l'année dernière, par une seule de ces maisons, a dépecé un million sept cents cinquante mille porcs, un million quatre vingt mille boeufs, six cents vingt cinq mille moutons... ".

"Cette promenade à travers cette maison de sang restera comme l'un des souvenirs les plus étranges de mon voyage"

Les abattoirs furent à Chicago la première industrie de masse, en effet les quantités traitées obligeaient à innover dans le processus de production.
Les champions de cette révolution industrielle furent les abattoirs Armour et Swift.

Hergé a certainement visité ces abattoirs.
Il s'en est inspiré pour ses pages sur Chicago dans "Tintin en Amérique".
-


Detroit n'est pas très éloigné de Chicago (400 km), et Henry Ford, à l'époque, en a visité les abattoirs : il a ainsi reproduit ces innovations industrielles prometteuses dans le secteur de l'automobile.

Ce fut le début du "Fordisme". Les salaires des ouvriers étaient fixes.

Le "Taylorisme", plus tard, améliorera le système, avec des salaires incitatifs.

La première chaîne de montage ("assembly line") fut celle du montage du chassis de la Ford T, à l'automne 1913.

En 1910, Ford produisait moins de 20 000 modèles "T" par an.

A partir de 1913, les usines produisirent plus de 100 000 voitures par an.

Hergé a retenu également, pour les déplacements de Tintin, dans l'album controversé "Tintin au Congo", une ...Ford T!

Je rappellerai, dans une note ultérieure, les côtés plus que douteux du personnage Henry Ford, son antisémitisme notoire, ses relations privilégiées avec les nazis, et comment il inspira Hitler, qui l'admirait (Il avait le portrait de Henry Ford dans son bureau!), pour la production de masse de la Volkswagen, et la réalisation de ses projets d'extermination de masse...

4 commentaires:

JCMEMO a dit…

Chapeau pour cette trés intéressante promenade "dans la maison de sang" !
(PS : aller donc écouter le discours royal ; il semble que je sois la seule personne au monde à ne pas avoir aimé et pire à m'être ennuyé à la projection de ce film !)
Amicalement
Ps encore : espérons que Dessay sera en forme demain...
JCMEMO

Jacques Damade a dit…

Abattoir de Chicago : début de l'alimentation carnée à grande échelle, de l'abattage de millions de bêtes, du rapport au train industriel, des wagons réfrigérées, du travail à la chaîne, de la fin industrielle des saisons, de la pollution à une échelle jamais vue. Un livre dossier est absolument à écrire là-dessus.
Jacques Damade

Anonyme a dit…

Bonjour.
De quand date la photo des abattoirs au tout début de l'article? Connait-on son auteur?
C'est ça le fameux "trolley de la fabrique de conserves" dont parle Ford dans son livre?

Jean-Paul Scheidecker a dit…

Je dirais : au tout début du XX° siècle...