dimanche 6 mars 2011

Ansel Adams, un amoureux du Grand Ouest américain

" Ne prenez pas de photos, faites des photos! "

C'est Ansel Adams, célèbre paysagiste américain (1902-1984), qui nous incite fortement à ne pas être passif, à ne pas appuyer sur le déclencheur simplement parce qu'on a vu quelque chose...

Qu'est-ce que "faire une photo"?

C'est choisir son cadrage, son exposition, sa profondeur de champ, l'instant exact... faire sa propre photo, au lieu de prendre ce qui se présente.

C'est l'inverse de ce qui se passe, avec les APN, les petits appareils photo numériques, qui nous permettent d'accumuler des centaines de photos "prises" et non pas "faites", photos que nous accumulons sur un disque d'ordinateur, sans plus les regarder par la suite...
-
Pourquoi cette note, aujourd'hui, sur Ansel Adams?
-
Tout simplement parce que, visitant à Paris en ce moment des expositions d'oeuvres de photographes (au BAL, à la Fondation Henri Cartier Bresson), je me suis souvenu brusquement de la magnifique exposition vue le 22 mai 2010 à Phoenix, Arizona (Phoenix Art Museum, Steele Gallery ), consacrée à Ansel Adams, et de l'impression profonde et durable que j'en avais retirée.

Voir ici.

Il s'agissait de photographies Noir et Blanc de l'extraordinaire nature de l'Ouest américain et de ses parcs, prises à la chambre grand format (plus de 4x5 pouces) : Yosemite, Grand Canyon, Canyon de Chelly, Grand Tetons, Glacier National Park, etc,...

Malgré leur poids, leur encombrement, et leur coût, les grandes chambres permettent une résolution et un piqué sans pareils.
-
On voit, sur une photo ci-contre Ansel Adams à l'oeuvre sur le toit de sa voiture.

J'ai pu, au Phoenix Art Museum, contempler et examiner sous toutes les coutures son chef d'oeuvre : "Moonrise, Hernandez, New Mexico, 1941", voir ci-dessous, parmi une centaine de photographies absolument saisissantes.

Sa vocation prit naissance à l'âge de 12 ans, quand, muni d'un "Brownie" de Kodak, il s'aventura dans le Parc Yosemite.

Les prix et récompenses qui ont depuis jalonné sa carrière ne se comptent plus.

Le prix de ses négatifs sur plaques et de ses tirages atteignent actuellement des sommets : voir ici.

Ansel Adams a été avant l'heure un militant pour la défense de l'environnement, en faisant partager au plus grand nombre, par des conférences, des expositions, des livres et des tirages bons marchés, sa vision éblouie des fantastiques beautés du Grand Ouest américain. -
Et c'est en cela qu'il m'a touché si profondément.
Ses photos me font revivre des émotions uniques.

Ses tirages sont d'une profondeur et d'une clarté époustouflantes, et pour tout dire, un hymne exceptionnel à la nature!

Il développa également, avec Fred Archer, le "Zone System", procédé qui permet de déterminer l'exposition correcte et d'ajuster le contraste sur le tirage final.
-
Le résultat est là et la technique s'efface!

Voir  Mon site photo.
Et c'est en cela qu'il m'a touché si profondément.
Ses photos me font revivre des émotions uniques.

Ses tirages sont d'une profondeur et d'une clarté époustouflantes, et pour tout dire, un hymne exceptionnel à la nature!

Il développa également, avec Fred Archer, le "Zone System", procédé qui permet de déterminer l'exposition correcte et d'ajuster le contraste sur le tirage final.
-
Le résultat est là et la technique s'efface!

Voir  Mon site photo.

5 commentaires:

JCMEMO a dit…

Le Grand Ouest américain continue de faire rêver, même lorsque lon a le bonheur de le connaître...
Ces photos sont évidemment splendides : de plus "le noir et blanc" me fascine.
La photo, à ce niveau, est affaire d'artiste : outre les connaissances techniques, la qualité des appareils etc..il y a un plus défini par Willy Ronis : "la photographie c'est le regard. On l'a ou on l'a pas".
Bon je me contente de mon petit numérique que je glisse aisément dans la poche et je me dis que ce n'est pas trop grave si telle photo est mal cadrée, pas trés bien éclairée, un peu floue dés lors qu'elle évoque le souvenir d'un moment de bonheur!
Cordialement.
JCMEMO

le promeneur du 68 a dit…

J'apprécie toujours l'Ouest et le Sud des USA ; j'y découvre toujours du nouveau, j'y fais des rencontres improbables...Des côtés irritants et des côtés excitants.
J'y retourne prochaînement, en mai, retrouver un ami, et ce sera de l'Arizona à Chicago, en passant par le Texas, la Louisiane, le Mississippi...quelques miles! J'aurai bien entendu mon petit numérique dans la poche, mais je prends aussi mon Leica M6, ce qui entrainera ensuite de longues heures de développement et de tirage, un plaisir dont je ne me lasse pas.
Cordialement.

Francine Webmestre a dit…

Je suis d'accord avec ce que dit JCMEMO ; avec mon petit numérique très pratique j'adore (faire -prendre) des photos. Je me couche sur mon canapé devant l'ordinateur et je les fais tourner en diaporama et en boucle ; je me laisser aller ... mais ce n'est tout de même pas la même émotion que de tourner les pages d'un album-photos. Récemment, en feuilletant mes innombrables albums, mes petites filles ont plongé dans le passé et j'ai vécu avec elles un intense moment de bonheur !
Bel article, je ne connaissais pas Ansel Adams
Cordialement

srentien a dit…

J'adore Ansel Adams que j'ai découvert récemment grâce à un documentaire/interview de lui que j'ai trouvé sur youtube.
Il faut comprendre l'anglais, car ce n'est pas sous-titré, mais ça vaut le coup. Le bonhomme est adorable et assurément un artiste.
Voici le lien de la vidéo de la première partie:
http://youtu.be/_n2CEeV-s3o
Bonne découverte.

le promeneur du 68 a dit…

Merci pour ce lien.
C'est très émouvant de voir ainsi Ansel Adams!
Peut-être aurais-je encore la possibilité de voir une expo de ses photos aux USA, où je pars demain. J'avais vu, un peu par hasard une expo à Phoenix en 2010...