jeudi 12 avril 2012

En Alsace : randonnée aux carrières de Buhl


Le village de Buhl, en Alsace, dans le Haut-Rhin, est situé dans la vallée de la Lauch, à l'entrée du vallon de Murbach.
Voir ici.
Il jouxte Guebwiller, au pied du massif des Vosges, et du Grand Ballon (1424 m).
La partie la plus ancienne de cette agglomération s'étend autour de l'Eglise Saint Jean Baptiste, sur un promontoire qui a donné son nom au village : Buhel, la colline.
A partir du XIX° siècle, à la suite de l'implantation de l'industrie textile, Bühl s'est fortement agrandi en occupant toute la largeur de la vallée.

En partant de Guebwiller (ancienne gare), nous suivons un sentier qui s'élève tout d'abord sur les hauteurs du vignoble exposé sud, à l'entrée de la vallée du Florival, jusqu'à la "Croix des Missions" (473m), située depuis près de deux siècles sur le belvédère de l'Unterlinger, d'où la vue, magnifique, s'étend, non seulement sur Guebwiller, mais aussi sur la plaine d'Alsace.

La Croix des Missions

Suivant une inscription gravée, cette croix date de 1827 et s'inscrit dans le cadre d'un projet de "rechristianisation des masses populaires" initié dès 1825 par l'évêque de Strasbourg et répandu dans toute l'Alsace, pour "combler le vide moral" et "extirper l'indifférence en matière de religion propagée par la Révolution", puis attisée par la spectaculaire industrialisation.
Les dates de 1923 et 1952 se lisent aussi sur le socle.
La croix en grès des Vosges s'est brisée lors d'une tempête en  février 2010, et a été remise en état  par le Club Vosgien de Guebwiller.

Le sentier s'élève ensuite de l' Unterlinger à l' Oberlinger (586 m). 
Là se trouvaient deux sites fortifiés, fossés et remparts souvent nivelés, difficiles à interpréter, qui dominaient et défendaient l'entrée du Florival (en particulier contre les invasions hongroises). 
Les restes du site de l' Unterlinger (fossés et talus) dateraient du X° siècle, mais se superposant à des restes plus anciens d'époque gallo-romaine ou même protohistorique, et ceux de l' Oberlinger (talus, restes d'une tour) du XII°siècle.


Nous continuons notre progression vers le Col du Dreibannstein (537m) et son joli petit abri (c'est là que se rencontrent les terres de Buhl, Guebwiller et Orschwihr), pour redescendre ensuite  vers le "sentier des carrières de Buhl".


Le sentier des carrières de Buhl

Le site de ces carrières est spectaculaire, avec ses hautes falaises de grès, ses vestiges d'installations techniques (salle des machines de la station haute d'un téléphérique, local des poudres, caves de protection au moment des tirs, murs en pierre,...).
Le sentier louvoie, monte et redescend entre les arbres moussus et les traces d'une activité qui a du être intense encore au XIX° siècle et peut-être au début XX° siècle.

Les carrières de Buhl

Le chemin de retour, après nous avoir offert une vue dégagée sur le Grand Ballon,  conduit nos pas vers un site d'origine mystérieuse, celui des "Menhirs de l'Appenthal".

Vue sur le Grand Ballon

Le site de l' Appenthal, la "vallée des abbés" (ayant peut-être appartenu à l'Abbaye de Murbach), nous offre en effet le spectacle d'un étrange alignement de 36 "menhirs" (de 42cm à 1m28 de haut).

Les Menhirs de l'Appenthal

Ces pierres ont été dégagées en 1995 par le Club Vosgien. 
Certains y voient un alignement mégalithique de l'époque celtique, et d'autre, des pierres de bornage, ou des rails pour la descente des schlittes...
Voir ici pour plus de précisions!
Le sentier serpente ensuite le long d'un étrange mur cyclopéen. 

Le mur cyclopéen

Retour à Guebwiller via un beau sentier panoramique et à nouveau la Croix des Missions, après un magnifique circuit de 3h30 riche en souvenirs  historiques récents ainsi qu'en traces plus lointaines, voire d'origine mystérieuse.

A signaler le retable de l'Eglise Saint Jean Baptiste de Buhl (Voir ici ), classé depuis 1967 parmi les monuments historiques. 
Ce retable, représentant la Passion du Christ, peint aux alentours de 1500, retourna à Buhl en 1971 après une histoire particulièrement mouvementée.
Ce retable, attribué à l'école de Martin Schongauer, est le dernier d'Alsace à ne pas être exposé dans un musée.

1 commentaire:

JCMEMO a dit…

Pour te remettre de cette belle mais sans doute fatiguante randonnée, une belle soirée de détente (j'en attend beaucoup) avec la Traviata du Met !
Amicalement