lundi 22 avril 2013

Au Baiser Salé, à Paris : James Germain, le créole mandingue


Le 13 avril, jour de mon anniversaire (changement de décennie!), nous sommes allés écouter, au Baiser Salé, à Paris, la plus grande voix des Caraïbes actuelle : James Germain, le "Kreol Mandingue"!

James Germain

James Germain, l'Haïtien, a posé depuis 5 ans ses valises au Mali.
C'est à Bamako qu'il a écrit et enregistré son 3°album "Kreol Mandingue", paru en 2010.

Il revisite les chants traditionnels haïtiens à la couleur malienne : une rencontre au sommet, enthousiasmante pour moi, qui suis amoureux du Mali !

"Au Mali j'ai eu le temps de m'imprégner de toutes les mélodies, de toute l'histoire mandingue qui m'a vraiment pris aux tripes. Le jour de mon arrivée, on m'a donné un micro pour chanter, c'était impossible, j'étais un peu coincé, la voix ne sortait pas.
Mais en prenant le temps, j'ai apprivoisé la culture mandingue des griots. J'ai fait plusieurs jam sessions avec des griottes, moi en chantant créole, et elles en bambara, et cela fonctionne très bien.
Au Mali, je sens une force, une énergie positive autour de moi!"

Albinos, tout comme son collègue musicien malien Salif Keita, James Germain a été formé au chant et au gospel dans les églises.

James Germain sait nous délivrer des émotions contenues pendant trop longtemps : la mélancolie des vibratos, les trémolos de la voix expriment sans retenue la conviction d'avoir enfin trouvé ses racines...

Les instruments traditionnels malien (kora, n'goni,...) s'imbriquent parfaitement dans les accents forts et émouvants d'un chant souvent incantatoire qui rappelle le mal-être d'Haïti et de l'Afrique mais qui nous font exploser au visage et au coeur leurs raisons d'espérer!

James Germain

"Dans Kreol Mandingue, je chante les situations de la vie quotidienne en Haïti. 
Dans le morceau Péyi A je raconte comment Haïti est déglingué, comment la vie est compliquée,les enfants des rues, les mamans qui rentrent du marché avec rien. 
Dans ce pays, quelque chose menace toujours la paix. 
J'ai choisi des airs traditionnels qui insistent sur l'unité et l'espoir....
Au moment du séisme, les Maliens se sont vraiment mobilisés, et c'était très émouvant pour moi..."

Haïti chérie, la vi pas fini

Ce soir là, le 13 avril, le public en grande partie africain et haïtien ne s'y est pas trompé, qui vibrait à l'unisson des chants envoûtants de James Germain et de ses amis musiciens : Thierry Vaton au piano, Ahmed Fofana au n'goni, Bago aux percussions.


Pour nous, une soirée émouvante et dynamisante, qui nous a rempli le coeur d'espoir, de chaleur humaine et musicale!

Ecoutez James Germain dans Péyi A : ici.

2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Après Chagall, Laure Albin Guillot, c'est donc en musique (et de la bonne...) que tu fêtes ton anniversaire !
Je te souhaite donc encore de nombreuses décennies qui seront sans doute tout aussi "riches" en loisirs que les précédentes.
Trés amicalement.

le promeneur du 68 a dit…

Merci de tes voeux amicaux! Pour toi également une bonne continuation de découvertes, de rencontres, cubaines et autres, des photographies et de belles notes pour nous faire partager tes enthousiasmes de tous ordres....
Très amicalement.