jeudi 27 novembre 2014

Un Opéra Bouffe réjouissant : le Barbier de Séville


La retransmission en direct du Metropolitan Opera à New York, du Barbier de Séville, Opéra Bouffe de Rossini, nous a donné l'occasion de passer, ce vendredi 22 novembre, une soirée musicalement bien orchestrée et réjouissante de par une mise en scène originale, une technique vocale magnifiquement maîtrisée,  et des jeux d'acteurs plaisants, voire déjantés par moments, et fort divertissants.

Rosina, Almaviva et Figaro

Inspiré du premier volet de la trilogie de Beaumarchais, il s'agit là de l'Opéra le plus célèbre de Rossini et, parait-il, le plus grand chef d'oeuvre de l'Opéra Bouffe italien.

Cet opéra, dans une mise en scène de Bartlett Sher et avec les décors originaux de MichaelYeargan, nous a offert des rebondissements incessants, des rires, des déguisements, des sérénades, des facéties gestuelles et verbales et des insolences réjouissantes.

Un rythme effréné parfaitement mené par la baguette du chef d'orchestre Michele Mariotti mais aussi un travail tout en légèreté pour ne pas dominer les vocalises des chanteurs.

Chritopher Maltman (Figaro), Isabel Leonard (Rosina), Maurizio Muraro (Bartholo)  et surtout Lawrence Browlee (Le Comte Almaviva) furent absolument excellents, chacun dans son registre.

Sérénades, duos et ensembles inondent cette partition inventive de portraits hauts en couleur et de vocalises, où, encore une fois Lawrence Brownlee a été tout à fait excellent.
Il maîtrise les techniques vocales rossiniennes avec un engagement physique époustouflant.

Lawrence Brownlee

Je l'avais écouté en 2010 dans le rôle de Rinaldo dans Armida de Rossini : voir ici.

Je me souviens également des belles prestations d'Isabel Leonard en avril 2014, dans le rôle de Dorabella, dans un brillant et fougueux Cosi fan tutte (voir ici) et en 2012 dans le rôle de Miranda dans La Tempête , magnétique et émouvante, de Thomas Adès.

J'ai eu grand plaisir à la retrouver : dans le Barbier de Séville, elle fait preuve d'une présence et d'un charme irrésistibles, et un grand bravo pour le placement de la voix dans les coloratures (voir ici) les plus complexes!

Isabel Leonard

Christopher Maltman n'est pas un expert de technique rossinnienne, mais c'est un excellent chanteur et un très bon acteur.

Christopher Maltman
Une excellente soirée!

Voir ici l'avis tout différent de JCMemo sur cette retransmission!

3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Nous ne sommes évidemment pas du même avis !!!
Le public du Met semble avoir bien apprécié également.
Je vais faire également référence à ton article.
Bon week-end.
Amitiés.

Jean Claude Mazaud a dit…

Dommage qu'on ait pas eu l'occasion d'en discuter à la sortie devant un verre...
Très amicalement

Jean-Paul Scheidecker a dit…

Cela viendra peut-être, un jour, à Paris, avec plaisir!..
Amitié