vendredi 28 novembre 2014

Opéra : l'Elixir d'Amour de Donizetti à Covent Garden


Quatre jours après Le Barbier de Séville retransmis du Met, au Kinépolis de Mulhouse, nous avons assisté en retransmission live depuis Londres (Royal Opera House à Covent Garden) à une belle représentation de l'Elixir d'Amour (L'elisir d'amore) de Donizetti au Cinéma CGR de Colmar.

La mise en scène de Laurent Pelly est colorée, hilarante, vive et bien enlevée.

Tendresse, humour et soleil sont au rendez vous!


L'intrigue se déroule dans la campagne italienne des années 50 entre meules de foin et vespas.

Cet opéra incontournable de Donizetti rencontre un triomphe incontesté depuis sa création en 1832.

Tous les ingrédients de l'élixir d'amour sont là : une histoire d'amour touchante, un sens extraordinaire de la comédie, une musique émouvante...

Donizetti (1797-1848) est considéré comme l'héritier de Rossini et le précurseur de Verdi.

J'ai déjà vu, retransmis du Met, trois opéras de Donizetti : une Ann Boleyn bouleversante (ici), une Lucia di Lammermoor sombrant dans la folie (ici) et un Don Pasquale magnifique (ici).

Vittorio Grigolo (Nemorino) est un excellent chanteur avec de plus une présence scénique époustouflante et émouvante.

Vittorio Grigolo
Bryn Terfel tout autant présent et à l'aise dans le rôle du charlatan Dulcamara que dans celui de Votan, dans Siegfried de Wagner en 2011 au Met (ici), dans Die Walküre en 2011 (ici), dans l'Or du Rhin en 2010 (ici) : magnifique chanteur et acteur à la présence exceptionnelle.

Bryn Terfel

Lucy Crowe incarne avec retenue et une grande finesse la riche et instruite Adina, peu sensible aux charmes de Nemorino...en tout cas au début de l'intrigue.

Lucy Crowe

Levente Molnar joue , à mon goût, de façon un peu excessive le rôle de Belcore, mais n'est-ce pas avant tout un rôle de fanfaron, qui fait inévitablement penser à Vittorio Gassman dans les films de Dino Risi?

Levente Molnar
A nouveau une excellente soirée, non seulement de par la qualité vocale et le jeu scénique des interprètes, mais aussi par la qualité du jeune, fougueux et talentueux chef d'orchestre Daniele Rustioni!

Daniele Rustioni
Une introduction à cet "Elisir d'amore" : ici ...et le "trailer' du ROH : ...

1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Véritable cure d'opéra donc !
Quelle chance (superbe distribution)...
Le Met avait donné en octobre 2012 une version qui était également superbe avec Netrebko, Polenzani et le baryton polonais Marius Kwiewcien (qui a incarné au Met en 2013 un magnifique Eugene Onéguine aux cotés de partenaires prestigieux Netrebko et Beczala)
Bon week-end !