lundi 21 septembre 2015

Emotion et recueillement à l'Abbaye du Thoronet (Var)


Nichée dans les vallons boisés de l'arrière-pays varois, l' Abbaye du Thoronet est l'une des plus remarquables Abbayes cisterciennes (Voir ici ).

L'Eglise abbatiale

Ici, l'émotion nait de l'absolu dépouillement de l'architecture, pierre et lumière se combinant à la perfection.




Avec ses "soeurs" Silvacane et Sénanque, Le Thoronet est l'une des trois abbayes de Provence issues de l' Ordre de Cîteaux (Voir ici ).

En 1136, un groupe de moines quitte l'Abbaye de Mazan, en Ardèche pour fonder un monastère près de Lorgues, qu'ils bâtiront 15 ans plus tard.

L'édification se prolonge jusqu'en 1230.



Au début du XIII° siècle, l'Abbaye du Thoronet abrite une vingtaine de moines et quelques dizaines de frères convers.

Moins de deux siècles plus tard, le déclin de l'Abbaye est déjà entamé : fissures, fenêtres délabrées et toitures effondrées. 




La disparition de l'Abbaye menace lorsque Prosper Mérimée la sauve en la signalant à l'architecte des Monuments Historiques.

La restauration débute en 1841 pour ne plus cesser.



L'Etat achète progressivement le site à partir de 1854.

L'Abbaye du Thoronet exprime l'essence même de l'art cistercien fait de dénuement extrême, de pureté des lignes et de simplicité des volumes, essentiellement dictés par l'organisation de la vie communautaire.



Elle a inspiré des générations d'architectes tels que Fernand Pouillon, dans son roman "Les Pierres Sauvages". ( Voir ici ).



Un grand moment d'émotion et de recueillement!


3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Superbe évocation de cette abbaye que je connais bien : splendeur des photos noir et blanc...le livre de Pouillon m'avait beaucoup plu...
Amitiés venitiennes...

Jean Claude Mazaud a dit…

Merci pour tes commentaires ....Nous allons lever un verre de Spritz (en fait de whisky) à ta santé !!!!!

alba a dit…

Très belle évocation d'un haut lieu que cette Abbaye provençale où j'aime bien faire une halte quand elle se trouve sur mon parcours, l'été ! En effet elle invite à la méditation et la contemplation, ce qui est précieux dans un monde de folie , d'excès ou d'outrages violents. Qu'elle soit connue et reconnue ...