mercredi 11 août 2010

Sur la Route du Sel, au Col de Tende

J'emprunte régulièrement, et par tous les temps, le tunnel du Col de Tende pour passer du Piémont italien (Cuneo-Coni) à la France (Tende) et vice-versa.

Ce tunnel routier, situé sous le Col de Tende (600m plus haut), à 1270m d'altitude a été achevé en 1882, après de très nombreuses études géologiques, et une première tentative inaboutie de percement à 1750m d'altitude. Avec ses 3182m, il était le plus long tunnel de son temps!

En 1898, le tunnel ferroviaire de 8km de long, quasiment parallèle, est achevé.
Voir ma note du 2 Avril 2010 sur la ligne Nice-Cuneo.

Le tunnel routier a une forme ogivale et est assez étroit ; il impose de ce fait une régulation des camions et souvent des voitures par feux. Les voitures ne peuvent s'y croiser qu'avec précautions. Il est souvent en réparation, pour raisons de sécurisation et de mise aux normes, tant du côté italien que du côté français.

Il y a trois jours j'ai du attendre plus d'une demi-heure avant de pouvoir le franchir.
Des géologues surveillent en permanence l'évolution du terrain
Avant la mise en service de ce tunnel, il fallait franchir le Col par une piste qui démarre environ 200m avant l'entrée du tunnel.
On accède au col par un total de 46 lacets vertigineux
(7,5km et 800m de dénivelé).
Coté italien, il y a une douzaine de lacets également vertigineux.

J'ai pris cette route en 4x4 il y a vingt ans et je me suis bien juré de ne jamais recommencer l'expérience!

Mais pourtant cette route représentait une amélioration formidable par rapport aux conditions de circulation antérieures.

Ce col était déjà utilisé bien avant notre ère et la route qui le franchissait était appelée la "strata salis", la Route du Sel .

Dès le Moyen Âge, le col est une source de revenus appréciables pour les Comtes de Tende, les Lascaris, qui, à la fois protègaient, et, comme il se doit, rançonnaient les voyageurs.

En effet, 10 000 mulets franchissaient le Col chaque année!

Des personnages célèbres, et pas seulement des mulets, franchirent le Col.
Je citerai, entre autres, le Sultan ottoman Mehmed II, parti rencontrer en 1480 Charles VIII Roi de France, et Charles Quint, qui le franchit en 1536, afin de porter secours à son allié le Duc Charles III de Savoie attaqué par François I°...

Cette route était une artère commerciale essentielle, mais aussi un lieu de passage obligé pour les invasions diverses franchissant les Alpes...

Au cours du XVII° siècle, de nombreux travaux sont entrepris par Charles Emmanuel I°, en fait dès 1592.
Il ordonne la construction d'une "route charriable" entre Turin et Nice.
Mais l'insuffisance des techniques et l'énormité de la tâche font évoluer le projet.
La route restera essentiellement muletière.

Cependant, à partir de cette étape importante, la piste n'est plus seulement utilisable par les piétons, mais aussi par les cavaliers!
L'oeuvre réalisée est imposante et le tracé de la route est déjà de conception moderne.

En passant dans les gorges de Saorge, en venant de Nice en direction de Tende, on observe une grande inscription gravée dans la pierre en latin :
"Unissant les deux versants des hautes montagnes, et pour le bien public, l'autorité, l'utilité de toute l'Italie et de tout le globe, malgré les précipices réduits par le fer et le feu, Charles-Emmanuel, onzième duc de Savoie, prince clairvoyant, aimant son peuple comme un père, comblé dans la paix comme dans la guerre, de sa propre initiative, avec sa seule science et ses ressources propres, réalisa cette voie royale".

En 1614, la première tentative de percement d'un tunnel est entreprise par le même Charles Emmanuel I°, mais elle doit être interrompue pour des questions financières et techniques. On peut encore voir les marques de ce chantier côté italien vers 1750m d'altitude, connu sous le nom impropre de "galerie Napoléon".

Je saute les siècles pour en arriver à ceci : le 25 avril 1945, le tunnel et le Col sont repris par la 1° Division Française Libre...et en septembre 1947, la frontière avec l'italie est repoussée vers le nord, attribuant Tende, La Brigue, et les forts de la crête à la France...

L'histoire de ce tunnel n'est donc qu'une étape dans l'histoire longue et difficile du franchissement du Col de Tende.

Et ce n'est pas fini!
Un projet franco-italien - mais majoritairement italien - est en fin d'études administratives, techniques et politiques, pour la réalisation d'un nouveau tunnel aux normes, parallèle au tunnel actuel, de 3250m de long.
Ce qui aura comme conséquence d'augmenter de façon significative le trafic des camions en particulier dans l'étroite vallée de la Roya où la traversée des villages est déjà difficile...la circulation est saturée!
Début estimé des travaux : mi-2010, avec une durée des travaux de 7 ans.
...en tout cas, en Août, aucun signe de démarrage de travaux...
Souhaitons que ce projet de doublement soit purement et simplement abandonné, en une époque de crise budgétaire et écologique!
Par contre une mise en sécurité du tunnel actuel est nécessaire.
Les habitants de la Vallée de la Roya sont sensibilisés à la défense d'un cadre de vie : une grande manifestation des riverains de la Roya opposants au projet de doublement est d'ailleurs prévue à Tende ce dimanche 29 Août.

6 commentaires:

alba a dit…

Si tu arrives au pays de Tende, j'aurai plaisir à passer par là, (mais entre le 13-15 juillet, partant à Venise après ) en visite ou balade sur la route du sel !

Anonyme a dit…

J' a i fait plusieurs fois l' ancienne route du sel en VTT par les magnifiques lacets.
Quel plaisir et quel dépaysement, surtout quand il n' y a pas de 4X4 et de motos.

alba a dit…

Bonjour, de nouveau je passe par cette route légendaire mais je ne m'arrête pas à Tende. On m'attend à Bessans pour partir demain au Simplon, marcher par la bas ... Comment étaient donc les chemins Suisses ?

le promeneur du 68 a dit…

Nos 5 jours de randonnée sur le Walserweg, dans les Grisons furent sportifs (des cols jusqu'à 2800m)et magnifiques (paysages et villages)et de plus l'accueil fort sympathique et le service des bus postaux suisses impeccable, et au service des randonneurs!
Bonne marche!

alba a dit…

Nous sommes arrives depuis trois jours,sur la region de Brig, marcher autour du Col du Simplon, heberges a l'Hospice des moines de l'ordre de St Augustin, bon accueil aussi sur cette terre montagneuse; paysages splendides sur les cimes du massif de la Jungfrau, de l'Eiger,du Monch en Suisse Allemanique. Devant l'Aletschgletscher, on se sent bien petits ...nous "descendons" seulement, en longeant les moraines longtemps, pour le plaisir de la contemplation; tres beau spectacle ! Retour demain soir deja.

Anonyme a dit…

Tout les ans on y fait un rallye historique, c splendide.