vendredi 13 août 2010

Arkaïm, la mystérieuse cité des steppes de l'Oural

Non, je ne suis pas encore passé par là, mais c'est grâce à l'exposition franco-russe unique en Europe (jusqu'au 31 Mars 2011) du Musée des Merveilles de Tende, sur la frontière franco-italienne, que j'ai découvert avec étonnement la Cité mystérieuse d'Arkaïm.


Arkaïm, s'étend sur 20 000m² et est au centre d'une vingtaine de structures, d'agglomérations circulaires du même type qui constituent ce qu'on appelle "La Contrée des Cités".


Les populations sédentarisées depuis l'âge du cuivre dans ces étonnantes "cités-colonies"fortifiées ont développé une riche économie basée non seulement sur l'élevage et les chevaux, mais aussi sur une activité métallurgique exceptionnelle.

Arkaïm, cité de l'âge du bronze, découverte en 1987 dans les steppes de l'Oural, entre la Russie et le Kazakhstan (près de la ville de Chelyabinsk) suscite l'enthousiasme des spécialistes du monde entier...et aussi des non spécialistes. L'importance de cette découverte est telle qu'un projet de barrage devant engloutir le site a purement et simplement été annulé.

Cette cité a accueilli voila plus de 4000 ans une technologie et des connaissances bien supérieures à celles des autres peuples de l'époque.

La civilisation qui s'y développa su en effet exploiter les gisements de cuivre des contreforts de l'Oural.
Les fouillles mettent en évidence le haut niveau de développement de l'activité métallurgique de ses habitants.

Cette cite d' Arkaïm, que l'on estime contemporaine de Babylone et des premières cités égyptiennes, présente un état d'intégrité unique de ses ouvrages de fortification et de ses sépultures.

La structure et les aménagements de ces habitations sont étonnants : stockage de nourriture liée à des sytèmes d'aération, eau potable avec puits pour chaque maison, évacuation des eaux de pluie , système d'égouts perfectionnés ...

De plus, l'architecture choisie par les bâtisseurs consiste en d'imposants cercles concentriques avec double système de fortifications, choisis pour bien s'intégrer dans le paysage, en cohérence avec les croyances symboliques de ces populations.

Ces communautés se divisaient de façon hiérarchisée en prêtres, guerriers et artisans, rassemblés autour d'une élite religieuse. La femme y possédait un statut social élevé et prenait une part importante à la vie de cette société.

Dans cette exposition exceptionnelle est aussi évoquée une comparaison avec les cultures eurasiennes contemporaines d'Arkaïm, en particulier avec la civilisation de l'âge du bronze de la Vallée des Merveilles, au dessus de Tende.

2 commentaires:

MICHELE a dit…

tu es toujours aussi passionnant Jean-Paul. Merci pour ce reportage.

Francine - Webmaster du Blog a dit…

Totalement de l'avis de "Michèle"
Francine