jeudi 7 avril 2011

Le café Sibylle, à Berlin : un lieu pas ordinaire



En arpentant la fameuse Karl Marx Allee, "les Champs Elysées de Berlin-Est", nous sommes tombés, au n° 72, sur un café pas comme les autres : le Café Sibylle.


Nous sommes là dans le quartier populaire de Fridrichshain.


Un lieu sympathique, et convivial, à l'esthétique surannée des années soixante, perdu dans l'immensité de la monumentale Karl Marx Allee (KMA), connue sous le nom de Stalinallee jusqu'en 1961.


La KMA nous mène de l' Alexander Platz, de "Berlin Mitte" à la "Frankfurter Tor" dans "Berlin Fridischshain".

Ce boulevard de 2,3 km de long, et les habitations qui le bordent, a été construit en seulement 4 ans par des volontaires dans le cadre du "Programme National de Reconstruction"

Les bâtiments qui la bordent ont été construits après la guerre par les soviétiques, dans un style massif et impersonnel bien connu.


Nous avions sous les yeux ce qui devait être la vitrine de la nouvelle Allemagne socialiste d'après guerre.


Nombre de ces batiments étaient en fait des copies des architectures en vogue à Moscou.


Les plus luxueux d'entre eux, à l'époque, étaient occupés par les fonctionnaires et les membres de la Nomenklatura de la DDR.

Les autres devaient permettre de loger les ouvriers les plus méritants.

Entre 1959 et 1965, 5000 appartements ont été construits en blocs de 8 à 10 étages sous la responsabilité des architectes Joseph Kaiser, Werner Dutschke et Edmund Collein.

C'est là que pour la première fois, des panneaux de construction, pour les façades et les intérieurs, furent utilisés à grande échelle.


Il est à noter que très peu d'arbres furent plantés au centre et aux bords de la Karl Marx Allee, afin de faciliter le déroulement des grandes manifestations de masse pilotées par la DDR qui s'y tenaient régulièrement.


Mais les premières manifestations pour les droits civiques s'y déroulèrent également dans les années 1980.


Après la réunification, il était clair que tous ces batiments avaient un besoin urgent de restauration tant extérieure qu'intérieure.

En effet, les constructions avaient été menées à l'époque dans l'urgence et vieillissaient très mal.

Le gouvernement a donc investit des sommes importantes dans un programme de réhabilitation.


Le Café Sibylle était, sur la KMA, un lieu très populaire avant la chute du Mur.

C'est encore un café où les berlinois côté Est aiment à se retrouver pour y déguster café, bière, vodka et même du vin, que l'on peut se procurer dans des bouteilles à la belle étiquette (rouge) sous la marque ...Karl Marx.

Toujours ce mélange bobo, tendance et "ostalgie".


Mais c'est également un lieu de mémoire, car le Café Sybille est un musée à lui tout seul, musée de l'histoire de la Karl Marx Allee et de ses habitants, de leur vie au cours des 70 années écoulées, riches en bouleversements, suite au nazisme et à la guerre, riches en espoirs socialistes, en déceptions, en drames, en dénonciations et aussi en solidarité.


On y trouve même un morceau de la moustache de Staline...enfin, de sa statue située à l'époque non loin, et déboulonnée en 1961.

3 commentaires:

JCMEMO a dit…

Bon ! je me repose dans ce café fort sympathique d'une bien agréable ballade à Berlin (que je ne connais pas...)
Merci à toi !
JC

Rastignac a dit…

Je suis sur le point de terminer "Cet instant -là" de Douglas Kennedy.

Le roman se passe dans le Berlin- Est d'hier, le Berlin du Mur, et une des dernières scènes a lieu justement dans le café Sibylle.


Je vous recommande ce roman.

Cordialement

Rastignac

le promeneur du 68 a dit…

Merci pour cette information! Je vais me procurer cet ouvrage.
Le Berlin actuel est vraiment une ville unique, en perpétuelle évolution, étonnante à divers titres...Cet ouvrage m'aidera certainement à m'y replonger.
Cordialement.