jeudi 27 décembre 2012

Camille Corot : Nature et Rêve à la Kunsthalle de Karlsruhe


La Kunsthalle de Karlsruhe propose (jusqu'au 20 janvier 2013) la première rétrospective en Allemagne entièrement consacrée à l'oeuvre de Camille (ou Jean-Baptiste) Corot, soit 180 tableaux et dessins.
Voir ici .

Cette très belle exposition nous offre un panorama complet des oeuvres du peintre : paysages où la lumière génère un profond lyrisme, portraits subtils, esquisses lumineuses réalisées en extérieur, oeuvres décoratives de grand format avec personnages imaginaires...

Autoportrait, la palette à la main
vers 1830

Nous avons pu visiter cette exposition intitulée "Natur und Traum", "Nature et Rêve" le 13 décembre 2012 et avons apprécié d'y admirer non seulement le travail du peintre, mais aussi quelques oeuvres de ses prédécesseurs (Pierre-Henri de Valenciennes, Achille-Etna Michallon, Jean-Victor Bertin), ainsi que d'artistes qu'il influença (Camille Pissaro, Paul Cézanne, Odilon Redon).

Rome ; île et pont San Bartolomeo
vers 1826 - 1828

Cette rétrospective met magnifiquement en évidence ce qu'étaient les lignes directrices de Camille Corot : délicatesse, sentiments, précision.
Elle souligne la personnalité exceptionnelle du peintre, qui dépasse les classifications habituelles entre tradition et avant garde.

Souvenir de Mortefontaine
1864
Corot, au cours de ses nombreux déplacements, en particulier en Italie,  où il résida à trois reprises, mais aussi en Suisse, en Angleterre, ne cessa de peindre des paysages idylliques comportant des petits personnages, selon les règles du paysage classique.
Il est l'un des fondateurs de l'Ecole de Barbizon.

Le Lac ; impression de nuit

Mais qui était en fait Camille Corot (1796-1875), celui que Claude Monet qualifiait de "seul maître"?

Corot fut non seulement un classique - et quel classique! - mais également un précurseur, qui ouvrit grandes les portes de la modernité.
Ses recherches sur la lumière anticipent en effet l'impressionnisme et ses oeuvres d'imagination annoncent le symbolisme.

Le Repos

A partir de 1850, il est de plus en plus attiré par une peinture dans laquelle il laisse libre court à son imagination, délaissant l'exactitude du paysage peint "sur le motif" et imaginant des paysages rêvés  baignés de halos argentés ou dorés.

Le Petit Chaville, près de Ville d'Avray

En 1883, Degas écrivait : "Il est toujours le plus grand, il a tout anticipé".

Zola le définit, lui, comme "le doyen des naturalistes, malgré ses prédilections pour les effets de brouillard...".
Et il évoque aussi " le sentiment vrai qu'il a de la nature, la compréhension large des ensembles, surtout la justesse et l'harmonie des valeurs".

Baudelaire, lui, qualifia sa peinture de "miracle du coeur et de l'esprit".

Femme à la perle

Même Picasso et Juan Gris imaginèrent vers 1915, une version cubiste de certaines de ses oeuvres...

L'exposition rend également compte de l'intérêt de Camille Corot pour le théâtre, les concerts, la littérature - il entretenait des relations personnelles avec Théophile Gautier, Gérard de Nerval et surtout Charles Baudelaire.

Camille Corot par Nadar
Camille Corot a bâti une oeuvre assez riche et variée pour toucher avec bonheur à tous les courants de son époque, et c'est ce que nous a montré cette magnifique rétrospective!

3 commentaires:

JCMEMO a dit…

Tu en parles avec enthousiasme : c'est vrai que cette "expo" parait tout à fait exceptionnelle.
Bonnes Fêtes de fin d'année et meilleurs voeux 2013.
Amicalement.

JCMEMO a dit…

J'espère que "le Promeneur du 68" n'a pas de problémes, malgré ce silence : que simplement il voyage.
Amicalement

le promeneur du 68 a dit…

Tout va très bien du côté du "Promeneur"!
Simplement je voyage...en effet, et suis près de repartir...Mes notes ont pris un peu de retard.
J'espère que tout va bien de même de ton côté!
Bien amicalement!