dimanche 26 janvier 2014

Un lieu de culte de Mithra dans le Kaiserstuhl, à Riegel


A Riegel am Kaiserstuhl, en Allemagne, dans le Bade Wurtemberg, non loin du Rhin et de l'Alsace, nous avons pu, lors d'une randonnée, voir les restes d'un temple dédié au dieu Mithra (Voir ici) : un Mithraeum (Voir ici).

Mithraeum de Riegel

Reconstitution imagée
du Mithraeum de Riegel


Autel du Mithraeum

L'autel en pierre fut découvert en 1932.

Cette pierre, haute de 1,20 m, large de 35 cm et profonde de 47 cm porte l'inscription "Deo invict(o) Viktor Abascan Ti Aug(usti) D(ispensatoris) V(icarius) D(ono) D(edit), traduite par :" Viktor, esclave et représentant de l'esclave impérial Abascantus, dédie cette pierre d'offrande au dieu invaincu".
Le dieu invaincu étant Mithra.

On y trouve également une stèle représentant le sacrifice du taureau par le dieu Mithra :

Mithra sacrifiant le taureau

Mithra, dieu des Perses, était le dieu de la Lumière.
Son culte était très répandu en Perse et même en Inde lors de leur conquête par Alexandre le Grand, au I° siècle avant J.C.

Le nom de "Mithra" signifiait à la fois "ami" et "contrat" ; le dieu est l'ami des hommes, c'est le dieu de la lumière et de la justice, qui veille au respect des alliances et des serments.

Ce culte a ensuite été ramené à Rome par les légionnaires et les marchands, et se répandit très rapidement dans les différentes provinces de l'Empire Romain, parallèlement au christianisme.

On célébra le culte de Mithra à Rome sous l'Empereur Commode, et le mithraïsme faillit même devenir religion d'Etat sous Aurélien.
L'Empereur Julien fut un adorateur de Mithra, et il essaya de substituer ce culte au christianisme...

L'Empereur Constantin interdit ce culte en 324 après J.C.

Au dieu invaincu, Mithra

Le culte de Mithra avait tout pour séduire les légionnaires, qui considéraient Mithra comme leur protecteur.

Ce culte se répandit dans toutes les villes de garnison de l'Empire romain, et en particulier aux bords du Rhin.

Implantation des Mithraea dans la région du Rhin
de Baden à Bandorf

Il y avait donc un camp militaire romain à Riegel am Kaiserstuhl vers la fin de la première moitié du  I° siècle après J.C, ce qui explique l'existence d'un Mithraeum dans cette ville.

Les soldats de ce camp étaient chargés de surveiller la "Porte de Riegel" (Espace entre le Kaiserstuhl et la Forêt Noire), lieu particulièrement stratégique. 
En effet, à cet endroit se croisaient la route venant de Suisse et de la Vallée du Rhône et remontant vers l'aval du Rhin, et la route provenant de la Gaulle et rejoignant le cours du Danube.

Riegel fut fortement endommagée par un tremblement de terre vers la moitié du III° siècle après J.C. et de plus les pillages des hordes germaniques eurent raison de cette ville romaine vers 270 après J.C.

Pour en revenir à cette religion, le culte de Mithra fut l'une des premières grandes religions monothéistes.
Mais du fait qu'elle était secrète, fortement hiérarchisée, ne s'adressant pas au peuple, et interdite aux femmes, elle ne put résister au christianisme, qui se développait parallèlement à elle.

On peut relever cependant certaines similitudes avec le christianisme.

La naissance de Mithra était célébrée le 25 décembre : le dieu surgissait d'une grotte et d'un rocher sous la forme d'un enfant. 
Cette fête donnait lieu à des cadeaux, des décorations des maisons par des branchages et des repas pris en commun.


Mithras petram genetricem
Thermes de Dioclétien, Rome

Le culte consistait en la célébration d'un repas lors duquel les adeptes partageaient le pain et le vin.
Cette religion a institué des cérémonies de baptême.

L'existence de rites de purification et d'abstinence a été confirmée.

Nombre d'églises chrétiennes ont été édifiées sur des Mithraea réalisés dans des grottes, qui leur servent désormais de cryptes.

Nous avons pu visiter l'an passé, à Rome, le Mythraeum situé sous la Basilique St Clément du Latran (Voir ici), et c'est tout à fait impressionnant et émouvant.

Mythraeum sous la
Basilique St Clément, à Rome


Le culte de Mithra a laissé sa marque dans nos sociétés occidentales, et pas seulement sous forme de vestiges....


2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Article absolument passionnant...
De plus un bon souvenir pour moi : l'extraordinaire église de san Clemente que j'ai visitée plusieurs fois.
Bien amicalement

alba a dit…

Effectivement ce culte est saisissant de ressemblances avec le christianisme. Et justement la Basilique San Clémente, du IV siècle, une des plus anciennes de Rome, montre bien les traces de ce culte sous ses pavements, qu'on pourrait croire à des catacombes ... étrange confusion ? Lieu émouvant de nos origines !