lundi 8 septembre 2014

Exposition : les "Protographies" d'Oscar Muñoz au Jeu de Paume



Nous avons visité récemment l'exposition des "Protographies" d'Oscar Muñoz au Musée du Jeu de Paume à Paris (Jusqu'au 21/9/14).

Oscar Muñoz

Muñoz est considéré comme l'un des artistes contemporains les plus importants de son pays natal, la Colombie, ce qui ne l'empêche pas d'attirer l'attention de la scène internationale.

"Protographies" : ce néologisme évoque le moment antérieur ou postérieur à la fixation de l'image.

Cortinas de baño
(Rideaux de douche)

Cette exposition présente le travail original, personnel, de près de 40 ans, de cet artiste né en 1951.

L'artiste utilise des media très différents : photographie, gravure, dessin, vidéo, sculptures et joue avec les frontières entre chaque discipline par le biais de procédés novateurs et uniques.

L'image s'évapore progressivement
du support

A travers les images qu'Oscar Muñoz nous offre, images souvent éphémères, nous sommes invités à vivre une expérience à la fois rationnelle, intuitive, et sensuelle, donc dérangeante, déstabilisante...



Disparition de l'image

 Son oeuvre se développe autour de la relation de l'image avec la mémoire.

La dissolution de l'image, son altération, sa décomposition nous placent en face de l'impossibilité de fixer le temps, en face de la précarité de la vie...

Narcissos : L'image disparait petit à petit
par la bonde de la cuvette
Il s'agit là de portraits au charbon de bois déposés au fond d'une cuvette remplie d'eau.
Au fur et à mesure que l'eau disparaît, il ne reste de l'image qu'un peu de poudre de charbon, qui disparait à son tour.

Métaphore du passage de la vie à la mort, mais aussi évocation sobre de la question des disparus dans cette région du monde.

Le visiteur fait apparaître
l'image en soufflant sur le miroir
Nous observons une image, organique, mouvante, qui se compose et se décompose en fonction de son spectateur.

Les images, ou installations exposées ne sont pas la résolution d'une seule histoire, mais proposent de multiples narrations qui se superposent et se combinent, entre passé et présent, mémoire et temps...

La mirada del ciclope
(Le regard du cyclope)
Muñoz tenant le moulage en plâtre de son propre visage

Un recherche très personnelle qui ne laisse pas le visiteur indifférent et le place en face de la question de "ce qui gît dans ce qui a été" (Walter Benjamin).


1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Découverte de cet artiste ! Cette expo semble absolument passionnante...
Amitiés