jeudi 4 septembre 2014

Randonnée en Suisse, au Creux du Van, dans les pas de Jean Jacques Rousseau




Nous avons parcouru lundi dernier un magnifique circuit de randonnée qui nous a mené, à partir du village de Noiraigue (Commune duVal-de-Travers, Canton de Neuchâtel en Suisse), situé à 729 m d'altitude, sur le site exceptionnel du "Creux du Van", à 1465 m.

Vue panoramique du Creux du Van

Ce circuit, tel que nous l'avons parcouru, est décrit ici sur le site de Swissrando.

Il faut compter 5h de randonnée et un dénivelé de 736m, mais le site vaut l'effort!

Le Creux du Van
J'avais déjà eu l'occasion d'admirer le Creux du Van, en suivant un autre tracé, en 2010 :
voir ma note ici.

Vue depuis le Creux du Van sur les Lacs de Bienne
et de Neuchâtel, au loin

Le Val-de-Travers débute près de la frontière française.
La vallée s'oriente ensuite vers l'est.
Son principal cours d'eau est l' Areuse, célèbre pour ses gorges, qui se jette dans le Lac de Neuchâtel.

L'Areuse à Noiraigue

A noter que le Val-de-Travers est célèbre pour sa production d'absinthe, la "Fée Verte", voir ici.



Le Creux du Van (Van signifiant rocher) est une combe d'érosion due au ruissellement et à la dissolution progressive de la roche calcaire dès avant l'arrivée des glaciers quaternaires.

Au cours de la dernière glaciation, cette combe recélait un glacier qui a favorisé la formation du cirque tel que nous l'admirons.

L'un des attraits de ce lieu splendide est la présence de bouquetins, réintroduits en 1965, peu farouches et qui se laissent facilement approcher.

Bouquetins au Creux du Van

Nous avons là un biotope qui abrite de nombreuses autres espèces animales : lynx, grand tétras, chamois,...

Un autre intérêt que nous avions à parcourir ce beau circuit est que nous marchions ainsi dans les pas de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)!


Jean-Jacques Rousseau en 1753
par Maurice Quentin de La Tour

Venu se réfugier à Môtiers, dans le Val-de-Travers, non loin de Noiraigue, après la condamnation de l'Emile, il y séjourne du 10 juillet 1762 au 8 septembre 1865.

L'écrivain parcours le pays du Val-de-Travers en tous sens pour herboriser.

Rousseau est  venu sur le site du Creux du Van le 25 juillet 1765 avec des amis neuchâtelois (Pierre Alexandre Dupeyrou, Abram Pury, François-Louis d'Escherny et Abraham Gagnebain).

"Tout le pays est plein de curiosités naturelles que l'on ne découvre que peu à peu et qui, par ces découvertes successives lui donnent chaque jour l'attrait de la nouveauté. La botanique offre ici ses trésors à qui saurait les connaitre, et souvent, en voyant autour de moi cette profusion de plantes rares, je les foule à regrets sous le pied d'un ignorant." (Seconde lettre de Rousseau au Maréchal de Luxembourg, 28 janvier 1763)

Dans la nuit du 6 au 7 septembre 1965, les gens de Môtiers lancent des pierres contre ses fenêtres et Rousseau se réfugie dans l' île Saint Pierre, sur le Lac de Bienne, non loin, où il pratique durant 2 mois le farniente : voir ma note ici .


L'île Saint Pierre sur
le Lac de Bienne

La Cinquième Promenade des "Rêveries du Promeneur Solitaire"fut rédigée d'après les souvenirs qu'a gardé Rousseau de son séjour sur l'île Saint Pierre : il y parle du concept du bonheur, "un état fugitif qui nous laisse encore le coeur inquiet et vide, qui nous fait regretter quelque chose avant, ou désirer encore quelque chose après."


1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Après Heidegger Rousseau : waouh !
À défaut d'absinthe , j'ai dégusté hier un petit verre de Rossese en pensant à toi : bien apprécié ....
Amitiés