dimanche 1 mars 2015

Opéra : Jonas Kaufmann relève le défi dans "Andrea Chénier" de Giordano


Notre voyage en Inde du Sud a été "encadré" par deux magnifiques retransmissions d'opéras en live depuis le Royal Opera House (Covent Garden) à Londres.

Tout d'abord, le veille de notre départ, Andrea Chénier d' Umberto Giordano, le 29 janvier 2015.

Puis, le lendemain de notre retour, Le Vaisseau Fantôme de Richard Wagner, le 24 février 2015.

Bel accompagnement et bel accueil, à notre retour...et des interprètes époustouflants.

Tout d'abord ce bel opéra, Andrea Chénier, qui nous a fait découvrir un auteur que nous ne connaissions pas.
Umberto Giordano est né dans les Pouilles en 1867 et est mort à Milan en 1948.

Umberto Giordano

Il compose en 1894 cet opéra, sans doute son meilleur, sur un livret de Luigi Illica.
La première, donnée à La Scala en 1896 connait un grand succès.

Il est alors reconnu comme l'un des plus grands compositeurs de l'opéra moderne italien.
Son rôle titre est souvent le point de départ de nombreuses carrières de ténors.

Andrea Chénier s'inspire de la vie du poète André Chénier (1762-1794) guillotiné lors de la Révolution française.

André Chénier

Parmi les interprètes de ce fameux rôle, citons Mario del Monaco, Franco Corelli, Placido Domingo, José Carreras, Marcelo Alvarez...

La théâtralité de l'opéra de Giordano se prête particulièrement bien à une retransmission dans une salle de cinéma : de l'opulence des premières scènes dans l'aristocratie pré-Révolutionnaire aux horreurs de la Terreur, le grand spectacle est au rendez-vous.


Ce soir là, nous avons eu le très grand plaisir de voir et d'écouter Jonas Kaufmann dans une interprétation magistrale!
Kaufmann a relevé le défi, dans une production inédite du Royal Opera House, dirigée par le metteur en scène David MacVicar...

L'opéra est célèbre pour ses airs difficiles très prisés par les chanteurs, notamment l'aria L'improvviso ("Colpito qui m'avete...Un di all'azzuro spazio") qui demande une force et un panache particuliers.

Ecouter ici cet air chanté par Jonas Kaufmann.

Jonas Kaufmann
Jonas Kaufmann
et Eva Maria Westbroek

L'orchestre du ROH était dirigé par le passionné et talentueux Antonio Papano, que nous écoutons ici lors de la représentation générale.

Une magistrale soirée lyrique de passion et de mort!


1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Superbe soirée donc, je veux bien te croire!
Je crois me souvenir que le célébrissime air "la mamma morta" (que l'on entend dans le film Philadelphia( merveilleusement chanté par Callas est extrait de cet opéra ???
A bientôt..
JC