samedi 21 mars 2015

Théâtre : Requiem d'Hanokh Levin, à la Comédie de l'Est



Hier soir, nous avons été surpris, dérangés, passionnés par la pièce "Requiem" du dramaturge et metteur en scène israélien Hanokh Levin donnée à la Comédie de l'Est à Colmar.

Hanokh Levin

Né en 1943, Levin est mort prématurément d'un cancer en 1999.
L'oeuvre dramatique de Levin se compose de 52 pièces : des cabarets satiriques, des comédies, des tragédies.
Ses oeuvres sont montées désormais partout dans le monde.

Levin est reconnu comme étant au niveau de Strindberg, Beckett ou Tchekov.

Les pièces de Levin traitent de la tristesse de la vie, de la bassesse humaine, de la dégradation et de la mort, de façon tout à fait personnelle, grinçante et atypique, mais c'est un iconoclaste optimiste.

Son écriture est concise, musclée, et on y trouve beaucoup de profondeur et plusieurs niveaux de compréhension. 
Ses personnages scrutent leurs vies gâchées, sans réussir à échapper à une cruelle absurdité.

Requiem

Quelle que soit la forme théâtrale choisie, Levin met crûment son public face à ce qu'il considère comme étant l'absurdité essentielle de l'existence humaine.

"Requiem", le "chant du cygne" de l'auteur, est une pièce écrite juste avant sa mort à 56 ans; elle  est inspirée de 3 nouvelles de Tchekov et nous narre l'histoire d'un fabricant de cercueils qui enterre sa femme, d'une jeune mère qui refuse de pleurer la mort de son enfant et d'un cocher qui porte le deuil de son fils, mais n'a d'autre confident que son cheval...

Requiem

"Requiem" est un carnaval où se retrouvent joyeusement les vivants et les morts. 

La pièce est délibérément déjantée : refusant une quelconque unité de style, elle oscille entre farce, tragédie et revue de cabaret. 

Cette indécision fondamentale est à prendre comme un ultime pied de nez à l’absurdité de la vie.

Pour Cécile Backès, la metteure en scène inspirée de ce "Requiem" étonnant et touchant,  la pièce se doit d’être une « fête collective » et la musique interprétée en direct sur le plateau viendra rythmer ce carnaval des fous.

On y rencontre un cheval, une chèvre et puis trois anges hilares qui ont toujours une histoire drôle à raconter. Certaines scènes m'ont fait penser à des toiles oniriques de Marc Chagall.


Requiem


Les trajets en carriole en compagnie d’ivrognes ou de prostituées sont bien sûr l’occasion de pousser plus loin la réflexion métaphysique.

Les acteurs, Philippe Fretun, Felicien Juttner, Maxime Le Gall, Anne Le Guernec, François Macherey, Simon Pineau et Pascal Ternisien sont tous formidables!

"Un "Requiem" pour qui? Pour lui, Levin, le poète qui se sait condamné en écrivant la pièce. Pour nos morts, aussi. Et surtout pour nous, les vivants, épris de tendresse et de compassion." Cécile Backès

J'avais déjà vu, et apprécié, une courte pièce d'Hanokh Levin en 2012, déjà la Comédie de l'Est à Colmar ; voir ma note ici.


1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

A découvrir donc : je ne connais pas l'œuvre de Levin...
Originalité de cette pièce;
Cela me donne envie de me replonger dans les nouvelles de Tchekov (un auteur que je vénère)
Je te souhaite un bon week-end.
Amitiés
JC