dimanche 3 juillet 2011

A la découverte des "swamps" en Louisiane



Mon voyage récent aux USA, à l'aventure, avec un ami, a été l'occasion de découvertes nombreuses et variées.

La découverte des "swamps" en Louisiane, par exemple, que j'hésite à traduire par "marais" ou "marécages", car c'est autre chose.


Il s'agit de zones forestières inondées (wetlands), avec de faibles profondeurs d'eau, composées principalement de variétés de cyprès d'eau, le "Bald Cypress" ou Taxodium Distichum (voir ici).


L'eau peut y être fraîche, saumâtre ou être de l'eau de mer infiltrée depuis les deltas avec la marée.

L'eau se déplace très lentement dans les swamps : elle forme des lacs ou des rivières aux multiples embranchements et méandres, tels que les bayous (du chocktaw "bayouk", signifiant sinuosité).


Dans les bayous de Louisiane, un courant très lent, non perceptible, va vers la mer à marée basse, et vers l'amont à marée haute.

Le "swamp" le plus important est justement situé au centre de la Louisiane : il s'agit du "Atchafalaya swamp", qui est un mixte de "wetlands" et de deltas de rivières se jetant dans le Golfe du Mexique.

L'un des plus beaux swamps est celui de Lac Martin, à côté de Lafayette, où j'ai séjourné 2 jours. C'est une réserve protégée.



Nous avons pu nous aventurer en barque sur le Lac Martin, guidé par un vrai Acadien (ou cajun) fort sympathique de Breaux Bridge : Norbert Leblanc, avec qui j'ai pu discuter, ayant parfois du mal à comprendre son français cajun.


Le whisky maison qu'il nous a offert de bon matin a sans aucun doute facilité la communication!


Norbert a passé sa vie dans les swamps, et il en connait les moindres recoins : c'est un vrai "cajun".
Il en connait parfaitement la flore, en particulier les lotus magnifiques, et les différentes variétés d'arbres si particuliers.


Mais il y a aussi la faune qu'il nous a fait découvrir: les alligators, les hérons, les égrettes, les ibis, les myocastors (ou coypu), les serpents venimeux (swamp mocasin, très bon nageurs).

C'est un monde du début de la création, dans lequel nous nous sommes aventurés avec étonnement, stupeur, émotion : un autre univers que celui dans lequel nous nous trouvions quelques jours auparavant : les immenses étendues texanes plantées de derricks et ravagées par les incendies.

Les bayous et les lacs tels que le Lac Lartin s'étendent sur tout le sud de la Louisiane et forment un réseau de milliers de kilomètres de boyaux navigables et d'étendues plus vastes qui sont de véritables paradis pour la faune.

Par extension, on appelle le Bayou cette grande région des swamps, en particulier dans la région de l' Acadiane.


Cet espace amphibie, que nous avons eu le bonheur d'approcher de près, est habité principalement par les cadiens, ou cajuns, tels que notre initiateur aux mystères des swamps, Norbert Leblanc ; ces cajuns francophones sont les descendants des Acadiens d'Acadie, déportés durant la seconde moitié du XVIII° siècle, en provenance de ce qui est aujourd'hui la Nouvelle Ecosse, l'Ile du Prince Edouard et le sud du Nouveau Brunswick suite à leur refus de jurer allégeance à la couronne d'Angleterre.



La déportation des Acadiens de 1755 est appelée Le Grand Dérangement (Voir ici).


La mémoire en est encore vivante dans les mentalités, et dans les lieux de souvenir et musées de la région de Lafayette.

2 commentaires:

JCMEMO a dit…

Le grand voyage commence donc avec la Louisiane que je ne connais malheureusement pas et je le regrette amèrement à la lecture de ton passionnant article.
J'ai pensé au magnifique film de Flaherty "Louisiana story" (1948) que j'ai vu plusieurs fois.
James Lee Burke (excellent auteur de romans noirs), évoque la Louisiane avec une poésie et un lyrisme étonnants : sa dernière oeuvre "La nuit la plus longue" (non encore lue) est paraît-il remarquable ; Tavernier a réussi à adapter avec bonheur "Dans la Brume électrique....", un de ses meilleurs romans.
J'attend la suite de tes aventures américaines avec impatience.
Amicalement.
(excuse ce commentaire un peu long et décousu!)

le promeneur du 68 a dit…

Merci de ta visite!
J'ai beaucoup aimé "Dans la brume électrique" de Tavernier!
La Louisiane a un goût de "revenez-y" ; c'est là que j'ai fait la connaissance de mon ami, il y a 12 ans.
C'est vrai que les français ont un peu l'impression de se trouver en Louisiane (en tout cas dans l'ouest)chez des cousins sympathiques, comme au Québec!
Je ne suis pas resté assez longtemps pour aller voir les dégats occasionnés par la fameuse fuite de pétrole du "off shore drilling"...il paraît que les choses sont en train de se résorber...
Amicalement